Du 9 juillet au 25 septembre 2016.
Après l'exposition inaugurale "L'âme architecte", des photographies de Lucien Hervé sur l’architecture sacrée, présentée, à l'été 2015, à l’occasion du 900e anniversaire de la fondation de l'ancienne abbaye de Clairvaux (Aube), la Direction régionale des affaires culturelles Alsace - Champagne-Ardenne - Ardenne, présente, dans l’ancienne Prison des enfants, "L'oeil de Clairvaux" une rétrospective du travail du livre éponyme, de l'artiste Marion Lachaise.

Les "Antiportraits"

Sur une superficie de 300 m2, elle s’articule autour de trois installations photographiques, dont une sonore et une installation vidéo, le livre, en réalité augmentée, se déployant dans l’espace au cœur de l’architecture cistercienne. 

Accueilli par un mur d’œilletons surdimensionnés, le spectateur est plongé dans la réalité de l’enfermement carcéral au travers des “Antiportraits”, vidéos qui présentent les visages transfigurés et les paroles des détenus de la maison centrale.
Les portraits vidéo et la mise en scène des photographies visent à sensibiliser le spectateur aux questions que pose l’enfermement et à la nature archaïque du système de surveillance tel que subi jusqu’à la fin des années 1970 à Clairvaux, en l’invitant, parallèlement, à une réflexion sur le niveau actuel de surveillance dans nos sociétés.

  • Exposition soutenue par la DRAC Alsace - Champagne-Ardenne - Lorraine / ministère de la Culture de la Communication
  • Remerciements à l'association Renaissance de l'abbaye de Clairvaux et à la Maison Centrale de Clairvaux

Marion Lachaise

Marion Lachaise, née en 1966, vit et travaille à Paris.

Diplômée de la Villa Arson à Nice, elle s’installe à Paris après un post-diplôme aux Ateliers 63 aux Pays-Bas.

Marion Lachaise opère par hybridations multiples, en créant des installations qui, simultanément, empruntent à plusieurs registres ; en témoigne son travail vidéo sur le portrait qui, initié avec le personnage de Jolly Psykrine, se poursuit avec les Antiportraits.

En parallèle, elle mène des questionnements sur le point de vue, sur « ce qui se voit » et donc « comment on le voit », qui prennent la forme de petits théâtres nommés Vues impressionnées et de livres où se mêlent la photographie et le principe du décor.

Ainsi, son travail déjoue les catégories, pour déplacer le regard. L’enjeu à l’œuvre dans chaque pièce est d’entrer sous la surface des êtres et des choses, de faire émerger ce qui ne se voit pas et qui pourtant est là : l’invisible comme objet de la représentation.

Depuis quelques années, elle s’immerge dans le monde de la Justice et prépare un film multimédia sur le procès d’assises.

Renseignements pratiques

Entrée libre

Du 9 juillet au 25 septembre 2016

Tous les jours : lundi et mardi 11h-16h30 - Mercredi à dimanche 10h30-17h15

Prison des enfants
Abbaye de Clairvaux
10310 Ville-sous-la-Ferté (Aube)

www.abbayedeclairvaux.com