La Compagnie "Les Euménides" (Bas-Rhin) est, dans le cadre de l'été culturel et de l'opération "Les jeunes estivants", en résidence création en Haute-Marne, accueillie par l'association "Autour de la Terre".
Rencontre croisée avec Ermeline Le Mézo, directrice artistique d'"Autour de la Terre" et Coline Moser, metteur en scène des "Euménides".

"Eté culturel Grand Est " - Les résidences des jeunes Estivants


70 jeunes artistes, diplômés de l’enseignement supérieur Culture, de toutes disciplines, installent, pendant quelques semaines, leur atelier dans 50 communes rurales ou quartiers de la politique de la ville du Grand Est. 
Une opération coordonnée, pour la DRAC Grand Est, par Scènes & Territoires à suivre sur la page FB des Jeunes Estivants

Rencontre avec Ermeline Le Mézo

 directrice artistique d'"Autour de la Terre"

&

Coline Moser

metteur en scène des "Euménides"
en résidence création en août et novembre 2021 sur le site de l'association "Autour de la terre"

Présentation, en plein air, des premières scènes du spectacle immersif "Les petites pierre", à Vaillant (Haute-Marne)

Pouvez-vous nous présenter la compagnie "Les Euménides" ?

Coline Moser : la compagnie "Les Euménides" a été créée en 2016, à Mutzig, dans le Bas-Rhin. Nous avons monté 4 spectacles : 3 classiques, « Georges Dandin » et « Tartuffe » de Molière, et « L’île des esclaves » de Marivaux » (2019), ainsi qu’une pièce contemporaine, une création, « Les petites pierres », en mai 2020. Il s’agit d’un spectacle immersif, de plein air.
La compagnie fonctionne par affinités et selon les créations. Le comédien David Brémaud est présent, depuis 2018, sur tous les spectacles. Le créateur lumière et régisseur général, Quentin Maudet, est présent depuis le début, et, en 2020, nous avons démarré une sorte de collaboration artistique avec la scénographe et artiste plasticienne, Joséphine Sens. En effet, après l’appel à projets « création partagée » de la DRAC Grand Est, où nous sommes intervenus ensemble, pendant 1 mois, dans un collège des Vosges, sur le thème du rêve, elle est également partie prenante dans le projet retenu par « Autour de la terre ».

Parlez-nous du projet que vous allez créer dans le cadre de l’été culturel

Coline Moser : il s’agit d’une création qui traite de la question de la théâtralité dans le rêve,
et inversement la représentation du rêve au théâtre, avec un jeu masqué, en lien avec la forêt et l’animalité.
Pour la scénographe, Joséphine Sens, le rêve apporte de nombreuses possibilités d’un point de vue plastique et esthétique.
Nous allons regarder du côté de la culture japonaise, pour trouver de la matière, une inspiration.
Nous travaillerons avec une chorégraphe, Catherine Berbessou​​afin de développer un travail corporel autour de l’animalité. Une flûtiste, Teodora Acker, sera également présente.

Présentation, en plein air, des premières scènes du spectacle immersif "Les petites pierre", à Vaillant (Haute-Marne)

Pourquoi avoir choisi de travailler avec la compagnie des "Euménides" ?

Ermeline Le Mézo : lorsque nous avons répondu à l’appel à projets, nous pensions plutôt accueillir un réalisateur ou un plasticien. Mais quand j’ai reçu, de la DRAC Grand Est, la proposition de la compagnie des "Euménides", j’ai eu un coup de cœur. Du fait du parcours des membres de la compagnie, et parce qu’ils ont une grande expérience de la médiation, un vrai intérêt pour l’animation d’ateliers et les rencontres. C’était important pour nous, pour le projet que nous développons au sein de l’association.
Ensuite du fait de la thématique. Nous sommes au cœur du 11eparc national créé en France, il y a tout juste deux ans. Le rapport entre le rêve et la forêt est immédiat. Le dossier de la compagnie était riche d’images et de textes, très inspirant et la projection mentale du rêve très forte.
Et, sur le parc, est mené un travail autour de petites formes, réalisé par différentes compagnies. Nous avons tout de suite identifié les sources d’inspirations locales et les possibilités que le projet apportait : lecture en sortie de résidence, version aboutie, développement de partenariats avec les associations du secteur ou avec les différentes opérations menées en lien avec le parc national. Nous avons également une table smach up, que nous pouvons mettre à disposition de la compagnie, avec laquelle on peut créer ou traiter des images. On leur fera une démonstration. On verra si cet outil peut leur être utile.

Compagnie Les Euménides, lecture en espace, à la Forge de Colmier (Haute-Manr), un éco-lieu alternatif en cours de rénovation
Comppagnie Les Euménides, lecture en espace, accompagnée à la flûte, à la Forge de Colmier (Haute-Marne), un éco-lieu alternatif en cours de rénovation.

Quelles sont les actions de médiation mises en place ?

Ermeline Le Mézo : même s'il s'agit d’une des zones les moins peuplée de France, la présence artistique, dans le Sud de la Haute-Marne, est de plus en plus forte, notamment autour de Langres et dans le domaine des Arts plastiques. La convivialité et le côté participatif sont importants.
Nous allons faires différentes propositions autour de la résidence, les groupes de théâtre amateur du territoire, qui datent pour certains de 1945, et qui sont toujours très vivaces, pourraient être conviés aux répétitions publiques. Sur l’aspect conte, en plus des ateliers enfants, en lien avec le festival "Diseurs d'histoires", un travail pourrait être mené avec les conteurs amateurs qui participent tous les ans aux formations proposées par la fédération des foyers ruraux, et le public pourrait également être convié à des lectures... ou encore une balade lecture en forêt avec une association partenaire qui a déjà travaillé sur un parcours.
L’idée est de s’inscrire dans l’existant, dans des projets en développement localement, avec des partenaires cibles, comme le jardin d'insertion, situé en face de notre lieu, que l’on pourrait inviter.

Coline Moser : depuis les débuts de la compagnie, à chaque création, nous intervenons dans les établissements scolaires. De mon côté, j’anime de nombreux ateliers pour enfants et adolescents, autour de la découverte de l’opéra et du théâtre.
Durant l'année scolaire qui vient de s'achever, dans le cadre de l'appel à projets de la DRAC Grand Est « Création partagée » nous sommes intervenus dans un collège des Vosges. C’était la première fois, avec la compagnie, que nous avons pu, sur un temps aussi long, travailler avec les mêmes élèves, ce qui nous a permis de mener un projet plus abouti. La résidence s'est magnifiquement bien passée. Est-ce un effet de la crise sanitaire ? les gens sont peut-être plus curieux de découvrir ce que l’on vient proposer. C’est le sentiment que l’on a eu dans les Vosges et que nous espérons en Haute-Marne. Pour cette création, nous allons préparer un programme d'ateliers artistiques, adaptés à l'âge des participants et aux lieux d'accueil. Nous explorerons les diverses possibilités d'évocation du rêve, avec des atelies de création d'univers sonores et olfaltifs, de création de masques, sur le jeu d'ombre, ou encore la notions d'espaces et de temps. Nous prévoyons également un programme d'interventions courtes, afin que le public découvre le monde du spectacle, ses métiers, ses spécificités...

Comment avez-vous vécu professionnellement la crise sanitaire ?

Ermeline Le Mézo : nous n’avons pas cessé de travailler. Je pense même que nous avons travaillé encore plus, car il a fallu faire, défaire, refaire...
La fête du court métrage, en mars 2020, a été l’une des premières opérations qu’il a fallu proposer en virtuel. Pendant l’été 2020, nous avons réussi à organiser le programme de diffusion de cinéma en plein air, dans les villages, et à maintenir notre programmation art et essai, menée en partenariat avec le cinéma de Langres, même si en novembre et décembre 2020, nous avons dû annuler les séances présentielles, mais nous avons programmés 14 séances virtuelles, que nous avons poursuivies jusqu’en avril. 
Depuis 2005, nous organisons, chaque été, des projections en plein air avec « Passeur d’images ». Cette année les demandes des communes ont presque  doublées. Une conséquence de la crise sanitaire  ?, il est certain que le plein air fait moins peur… Nous accueillons normalement 100 à 120 personnes par séance, jauge qui sera réduite à 50 personnes cet été. 

Coline Moser : depuis le début de la pandémie, c'est une quarantaine de représentations qui ont été annulées…
La période du confinement m’a amenée à chercher comment continuer à faire vivre la compagnie, à continuer à avancer, et donc à réfléchir à de nouveaux projets, à des choses que nous ne faisions pas avant, comme la création contemporaine, où à privilégier le plein air, ou encore répondre à des appels à projets, notamment ceux de la DRAC Grand Est.
Au final, la crise sanitaire nous a permis de nous transformer, d’ouvrir des portes, de faire de nouvelles rencontres et de mener des partenariats que nous n’aurions sans doute pas noués autrement, où que nous aurions mis plus de temps à monter.
Paradoxalement, je n’ai jamais, dans le cadre de la compagnie, autant rencontré de personnes.

Le projet "Le Rêve est une seconde vie"

Résidence dans le cadre de l'été culturel 2021 avec Les Jeunes Estivants , Scènes et Territoires , la DRAC Grand Est et l'Association Autour de la Terre.

L'équipe :
Mise en scène et texte - Coline Moser
Scénographie, masques - Joséphine Sens
Costumes - Joséphine SensYouna Vignault
Créateur lumières - Quentin Maudet
Chorégraphe : Catherine Berbessou

Avec :
Flûtiste : Teodora Acker
Comédien : David Brémaud​​​​​
Comédien : Fanny Lucet

En savoir plus

La compagnie "Les Euménides"

L'association "Autour de la terre"