Conservés pour la plupart dans des édifices affectés au culte, les harmoniums constituent un des trois seuls types d’instruments de musique, avec les orgues et les cloches, relevant principalement de la domanialité publique. Témoins authentiques de l’évolution des techniques et des procédés de la facture instrumentale et de l’art musical du XIXe et du début du XXe siècles, les harmoniums constituent aujourd’hui un patrimoine menacé de dispersion, voire de disparition, qu’il convient de mieux connaître et de sauvegarder.

La quasi-totalité des instruments qui nous sont parvenus aujourd’hui n’ont pas subi de transformation et sont donc les témoins authentiques d’un savoir-faire technique et artistique aujourd’hui disparu. Mais l’absence d’usage et d’entretien menacent ce corpus limité d’instruments de dispersion voire de destruction.

La conservation des harmoniums présente donc aujourd’hui un intérêt patrimonial parce qu’ils témoignent de l’évolution des techniques et procédés de la facture instrumentale et de l’art musical des XIXe et XXe siècles.

Pour ces différentes raisons, des experts spécifiques pour le patrimoine des harmoniums ont été nommés par arrêté du ministre de la Culture en date du 12 avril 2019. Ils sont chargés d’une mission d’assistance des services de l’État en charge de monuments historiques.

À télécharger

Harmoniums - Repérage et protection au titre des monuments historiques

pdf - 494 Ko
Télécharger