En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Un site du ministère de la Culture

Qu’est-ce que l’éducation artistique et culturelle (EAC) ?

100% de jeunes bénéficiaires de la politique d’EAC

 

L’éducation artistique et culturelle et sa généralisation constituent une priorité pour le Gouvernement. Ses enjeux sont : la transmission du patrimoine commun, ciment de notre société française et européenne, facteur d’ouverture sur le monde et de prise de conscience de notre rôle en tant que légataire du patrimoine de l’humanité, la compréhension du geste artistique et de la démarche de création, ainsi que l’initiation aux pratiques artistiques et le développement de la créativité.

Le ministère de la Culture travaille en grande proximité avec le ministère de l’Education nationale, pour faire en sorte que tous les enfants bénéficient de cette éducation au sein de la scolarité obligatoire. L’enjeu est que l’école devienne un lieu ouvert sur la culture, s’appuyant sur toutes les ressources culturelles disponibles dans son environnement.

L’action des structures culturelles, qui sont fortement engagées sur les territoires, est essentielle pour irriguer tous les territoires et développer des projets de qualité au bénéfice de tous nos jeunes.

Une éducation artistique et culturelle de qualité

 L’objectif de toucher 100% des jeunes ne doit pas faire perdre de vue l’importance de la qualité de l’offre proposée. Il ne doit en aucun cas faire tendre cette politique vers un nivellement par le bas. C’est pourquoi l’implication des professionnels de la culture est incontournable. Les artistes et créateurs de toutes disciplines, les acteurs des patrimoines et des médias, sont autant de vecteurs de transmission de ces témoins du passé, de ces actes créateurs et de ces métiers passionnants.

Le partenariat avec les collectivités territoriales est également primordial pour s’assurer d’une offre de qualité. C’est grâce à la convergence des politiques publiques, à leur mise en œuvre « sur mesure » sur les territoires, que des projets de qualité impliqueront les jeunes de manière active, les inviteront à découvrir les ressources culturelles de leur territoire et à pratiquer les arts.

Enfin pour mettre en œuvre conjointement le parcours d’éducation artistique et culturelle sur tous les temps de vie du jeune, la double compétence, temps scolaire et hors temps scolaire, du ministère de l’Éducation nationale est une chance, pour développer ensemble une politique d’éducation artistique et culturelle ambitieuse qui propose une approche globale du jeune et couvre tous ses temps de vie de manière cohérente.

Une politique inclusive pour les jeunes en situation spécifique

« Double sens » : ateliers pédagogiques en présence de l’artiste Maïa Jancovici

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette politique, aucun jeune ne doit être laissé de côté, d’autant plus lorsque ce jeune traverse une situation ou une période de vie difficile. Il s’agit des enfants et des adolescents hospitalisés ou en situation de handicap. Des jeunes qui ont traversé des épreuves et qui sont protégés par la justice ou ceux qui ont commis des erreurs et que les services du ministère de la Justice accompagnent vers un retour à une vie normale. Des jeunes qui ont quitté les bancs de l’école pour s’orienter vers un apprentissage professionnel. Tous ces jeunes, qui pour une raison ou une autre, ne sont plus dans l’école classique de la République, et auxquels l’accès à la culture doit être garanti, et ce par le biais du droit commun.

Le Haut Conseil de l’éducation artistique et culturelle a vocation à faire vivre au niveau national le partenariat interministériel, afin que grâce à la mobilisation de tous les ministères concernés, tous les jeunes puissent bénéficier de cette politique, en premier lieu ceux qui sont confrontés à de dures épreuves.

Par ailleurs, avec la Direction générale de la cohésion sociale du ministère de la Santé et le ministère de l’Education nationale un chantier primordial est lancé, celui de l’accès des jeunes enfants, des moins de six ans, à la culture. Les deux axes prioritaires d’intervention sont : la formation des acteurs de la petite enfance et le développement de projets qui tissent des ponts entre les établissements d’accueil de la petite enfance et les écoles maternelles.

L’accent sur les territoires prioritaires

 La question de l’équité des territoires, que ce soit sur le sol métropolitain ou dans les territoires d’Outre-mer, est essentielle. L’action menée dans les territoires où les habitants sont éloignés de l’offre culturelle, pour des questions sociales, économiques ou géographiques, est poursuivie et consolidée, grâce à la collaboration avec le ministère de la Cohésion des territoires et le ministère de l’Outre-mer.

En région, les comités territoriaux de pilotage de l’éducation artistique et culturelle où siègent les différents services de l’Etat et les collectivités territoriales effectuent des diagnostics et identifient des territoires prioritaires, afin que les moyens dévolus à cette politique aillent en priorité à ceux qui en ont le plus besoin.