Dans le cadre de la réfection de la flèche de la cathédrale de Rouen, la DRAC de Normandie, en collaboration avec Richard Duplat, architecte en chef des monuments historiques, vous propose de suivre l'avancée des travaux. Ce chantier de 7 ans mobilise, en effet, un grand nombre d'intervenants et interroge visiteurs et résidents de la ville. Ces courts films vous porteront au plus près du chantier.

La cathédrale Notre-Dame de Rouen est le fruit d’une série de chantiers initiés au XIIe siècle ; elle défie le temps. Son imposante façade sculptée, sa haute flèche en fonte, son enserrement entre la tour Saint Romain et la tour au beurre, et, sa représentation par Monet en font l’un des édifices les plus remarquables de Normandie. Depuis 2017, des travaux de réfection sont conduits sur la flèche dite « d’Alavoine ».

L’édifice est pourvu, à la croisée du transept, d’une tour lanterne qui éclaire l’intérieur de l’église depuis le XIIIe siècle. Surélevée au début du XVIe siècle elle est ornée d’une flèche en bois et plomb en 1544. Cette flèche fut foudroyée par la foudre en 1822.

Portrait de Jean-Antoine Alavoine par Eustache Hyacinthe Langlois.
Séance publique de la Société libre d’émulation de Rouen tenue le 6 juin 1835,
Rouen, 1836. Libre de droit.

En 1830, l’architecte Jean-Antoine Alavoine, chargé de sa reconstruction propose de la reconstruire en fonte de fer. Ce projet est tout à fait novateur par sa monumentalité mais il subit les foudres de la critique des Rouennais – Flaubert la qualifie de « rêve de chaudronnier en délire » -comme de Viollet-le-Duc, si bien que les travaux n’en sont achevés qu’en 1882, bien après la mort de son concepteur. Culminant à 151 mètres de hauteur elle est encadrée par quatre clochetons en cuivre réalisés par le ferronnier rouennais Ferdinand Marrou.

 A la suite de la cartographie des désordres affectant la flèche initiale en fonte, une étude préalable à la restauration en cours a été conduite entre 2009 et 2011. Elle a mis en évidence les causes de dégradations et leurs origines précises. Elle a également permis de prescrire l’ensemble des interventions pour endiguer le processus de dégradation.

 Les interventions qui sont conduites actuellement ont pour objectif le rétablissement de l’hygiène naturelle de l’ouvrage.

Travaux de réfection de la flèche, phase 2 (2019) 

Travaux de réfection de la flèche, phase 1 (2018)