Les opérations "Rêver l'art" du musée des Beaux-Arts de Nancy et "Effleurer l'art", à Sampigny, du Service conservation et valorisation du patrimoine et des musées de la Meuse ont reçu, par le ministre de la Culture, Franck Riester, le label "Le musée sort de ses murs". Ce label valorise les établissements qui vont à la rencontre des publics.
11 autres projets, répartis sur l'ensemble du territoire français, sont également distingués en 2019.

Le label "Le musée sort de ses murs"

Ce label, accordé pour un an, pour des actions nouvelles, met en valeur les actions des musées en faveur de la démocratisation culturelle hors de leurs murs, dans des lieux publics non culturels, tels que les supermarchés, les gares, les écoles, les mairies, les hôpitaux, les maisons d'arrêt...
Il s'inscrit dans le plan "Culture près de chez vous" et a été créé suite au recommandations de la mission "Musées du XXIe siècles", menée en 2017.

Parmi les critères retenus :

- les actions en faveur du jeune public ;
- les propositions en faveur des publics éloignés de la culture ;
- les actions de médiation innovantes et celles pouvant être transposées ;
- les projets qui s'attachent à transmettre un discours scientifique rigoureux et une approche renouvelée du musée ou de ses collections...

Amener le musée vers de nouveaux publics

Pour le ministre de la Culture « Ces projets, construits en partenariat avec les écoles, les maisons de quartier et autres institutions, réussissent par leur originalité, leur ambition et leur exemplarité, à amener le musée vers de nouveaux publics et encouragent ces derniers à y venir ensuite. »

Un appel à projet national

Attribué pour la deuxième fois (première édition en 2018), il s'adresse aux "Musées de France", qui répondent à un appel à projets national annuel.
En 2018, le Musée Tomi Ungerer de Strasbourg avait été labellisé pour l'opération "La cuisine illustrée de Tomi Ungerer".

Les projets 2019 labellisés dans le Grand Est

13 projets ont été labellisés en 2019, dont deux pour le Grand Est

Service conservation et valorisation du patrimoine et des musées de la Meuse

"Effleurer l’art"

Janvier-décembre 2019

Une à deux fois par mois, la chargée des réseaux des musées de Meuse se rend dans l’un des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) partenaire et propose aux résidents de découvrir un objet des collections d’un des musées gérés scientifiquement par le Département de la Meuse.
Au cours de la séance, l’objet (contexte artistique, historique...) et une thématique (Le mariage, Jeux et jouets, Fêtes champêtres, Jeanne d’Arc, etc), choisis en concertation avec les résidents, permettent d’échanger.
Ici, il ne s’agit pas de faire un cours magistral sur l’histoire de l’art, mais de travailler sur le sensible, les souvenirs, la mémoire, de susciter la curiosité et de favoriser la parole.

Initiée en 2017, dans un établissement, l’opération a irrigué depuis dans une petite dizaine d’Ehpad de la Meuse.

Nancy, musée des Beaux-Arts

"Rêver l'art"

Janvier-décembre 2019

Le projet « Rêver l’art » s’inscrit dans les partenariats que les musées de Nancy ont noué, depuis plusieurs années avec les acteurs du champ associatif, médico-social et du handicap. Dès 2010, le musée des Beaux-arts de Nancy est intervenu à l’institut de Cancérologie de Lorraine (ICL - Nancy), en partenariat avec l’association Art détente (chargée de la programmation culturelle de l’ICL).

S’adressant aux soignants, aux patients et aux familles, qui sont coupés de l’offre culturelle,  il s'agit de créer un moment de respiration dans un quotidien rythmé par les soins, de questionner les relations patients / personnel soignant et de travailler sur les émotions.

En 2019, un nouvel élan est donné à ce partenariat, en renforçant la participation des publics dans la construction même du projet, puis par des actions de médiation (visites et ateliers). L’objectif est d’associer le plus largement possible les soignants, les patients et leurs familles, tant dans le choix du thème que dans la sélection des œuvres, voire la production de contenus. Les réalisations co-construites sont présentées au sein de l’Institut, puis dans les quatre établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), gérés par l’ICL.

Une attention particulière est portée à la médiation numérique déclinée autour du projet, notamment sur les réseaux sociaux, via une plateforme participative permettant au public de s’exprimer sur les œuvres et au croisement des publics, notamment les enfants et les personnes âgées.