l’Hôtel de ville, les immeubles ISAI de la place de l’hôtel de ville et le château d’eau du Havre sont désormais protégés au titre des monuments historiques

Deux inscriptions avant classement pour le Havre reconstruit

La ville du Havre fut détruite à 80 % par les Alliés en septembre 1944. Conçu d’après les plans de l’atelier d’Auguste Perret (1874-1954), le centre-ville constitue un exemple majeur de l’architecture de la Reconstruction en France.

Le caractère exceptionnel de cet urbanisme de béton d’une grande unité a été souligné en 2005 par son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Désireuse de renforcer la protection et la mise en valeur de ce patrimoine singulier, la Ville du Havre a sollicité auprès de la DRAC de Normandie la protection au titre des monuments historiques de deux bâtiments emblématiques de la Reconstruction.

Le premier de ces édifices est l’hôtel de ville, commandé à Auguste Perret qui en réalisa le corps principal en 1952. Avec sa tour-vue qui signale depuis le large l’arrivée au Havre, l’hôtel de ville possède une architecture qui s’intègre parfaitement dans son environnement immédiat. Après le décès de Perret, le chantier a été achevé en 1958 par Jacques Tournant.

Situés au sud-ouest de la place de l’hôtel de ville, deux îlots d'immeubles sans affectation individuelle (ISAI) viennent également d’être protégés ainsi que l’appartement-témoin reconstitué par la Ville. Caractérisés par l’ossature béton apparente de leurs toitures terrasses, ces immeubles qui présentent l’intérêt de n’avoir quasiment pas subi de modifications, témoignent du recours à des procédés novateurs par les architectes de l’équipe de Perret : trame modulaire, éléments préfabriqués…

Dédiée à la mémoire des victimes des bombardements de 1944, l’église Saint-Joseph qui remplace l’édifice antérieur détruit lors de ces bombardements se singularise par sa hauteur et son apparence délicate. Dessiné comme l’hôtel de ville par Auguste Perret lui-même, ce monument, inscrit depuis 1965 et proposé cette année au classement, illustre l’inventivité formelle de l’architecture religieuse pendant la Reconstruction.

Comme l’église Saint-Joseph, l'hôtel de ville et les immeubles ISAI font actuellement l'objet de propositions de classement, qui seront soumises à la ministre de la Culture et de la Communication, après avis de la commission nationale des monuments historiques.

Inscription du château d’eau dit rotonde de Graville

Si la Ville du Havre est justement célèbre pour son urbanisme de la Reconstruction, elle abrite également un patrimoine ancien digne d’intérêt. Une preuve en est l’inscription du château d’eau du Havre, dit rotonde de Graville. Destiné à alimenter en eau la citadelle du Havre, cet ouvrage enterré construit à la fin du XVIIIe s, est un bel exemple des ouvrages techniques réalisés sous l’Ancien Régime. Il présente la curiosité de n’avoir jamais été utilisé en tant que château d’eau ; il a en revanche servi d’abri pendant la Seconde Guerre mondiale.