Après avoir constaté des défauts d’étanchéité sur la couverture et les menuiseries, la Soclova, bailleur emphytéotique depuis 1994, a pris conseil auprès de la DRAC. La restauration est soutenue à hauteur de 614 296 € (soit environ 32%) par l’État grâce au plan France Relance.

Édifice incontournable du patrimoine de la Ville d’Angers, la Maison d’Adam est aussi considérée comme un chef d'œuvre.

Des travaux à partir de septembre 2022 supervisés par les services de la DRAC.

Une phase de travaux qui durera 18 mois débutera en septembre prochain. Elle sera supervisée par Gabriel Turquet de Beauregard, architecte des Bâtiments de France. (DRAC des Pays de la Loire). La conduite des travaux a été confiée par la SOCLOVA au groupement d’architectes ARCHITRAV / François Terrien.

Grâce à une collaboration efficace entre cette équipe et les services de l’État, les travaux de réhabilitation permettront de garantir à la fois le respect du monument historique et de le doter de performances énergétiques aux normes.

L’esthétique de la Maison d’Adam sera légèrement remaniée afin de protéger l’édifice et de le pérenniser. Concrètement, un clairis d’ardoises sera posé sur la pointe de pignon de la façade place Sainte-Croix afin de protéger le bâtiment des intempéries.

Un édifice emblématique de la ville d’Angers

Datant de 1491, la Maison d’Adam est l’un des édifices emblématiques de la ville d’Angers. Située au cœur de la ville, elle est la plus exceptionnelle des quelque quarante maisons à pan-de-bois encore visibles aujourd’hui. Elle accueille une activité tertiaire au rez-de-chaussée ainsi que six appartements proposés à la location par la Soclova dans les étages supérieurs.

A l’issue d’études réalisées en fin d’année 2018 et après avoir pris conseil auprès de la DRAC, la Soclova a décidé d’entreprendre des travaux de restauration afin d’éviter que la Maison d’Adam ne se dégrade davantage. Ceux-ci sont planifiés à compter de septembre 2022.

« Avec l’ensemble des acteurs DRAC (architecte des bâtiments de France, conservation régionale des monuments historiques, service régional de l’archéologie) et Soclova, un travail important de recherches et d’analyses nous a permis de trouver des solutions compatibles avec ce monument historique emblématique pour que les appartements soient habitables selon les exigences de confort actuelles, tout en conservant les caractéristiques de la maison à pans de bois et l’utilisation de matériaux de l’époque.»

Marc le Bourhis, Directeur régional des affaires culturelles des Pays de la Loire.

« Au cours de son histoire, la Maison d’Adam a connu une succession de rénovations et de remaniements qui ont permis de la transmettre aux angevins, de génération en génération. En tant que bailleur emphytéotique, la Soclova a pour mission de protéger ce monument historique unique à Angers. Nous avons fait le choix avec le ministère de la Culture – DRAC des Pays de la Loire, d’ajouter un clairis d’ardoises afin d’éviter que les intempéries ne viennent abîmer l’édifice. »

Thierry Lignier, Directeur général de la Soclova 

« les travaux envisagés sur la maison d'Adam ont pour premier objectif de pérenniser tant sa structure charpentée que ses enduits de façades, lourdement altérés au cours de ces dernières années. Ces travaux permettront également de remplir des objectifs ambitieux d'économie d'énergie tout en restant dans la plus grand tradition de mises en œuvre et de matériaux traditionnels. La maison d'Adam sera à ce titre un modèle du genre alliant performance et tradition. Pour cela un certain nombre de modifications vont être nécessaires telles que la mise en œuvre d'un clairis d'ardoises sur le pignon. Mais les teintes des pans de bois et des enduits seront également modifiées afin d'être plus proches encore des teintes retrouvées à Angers au XVe et au XVIe siècle. »

Gabriel Turquet de Beauregard, chef de l’UDAP du Maine-et-Loire, architecte des bâtiments de France.