Reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture, cette exposition rend hommage au célèbre maître verrier limougeaud du XXe siècle et son atelier. À découvrir du 22 octobre au 12 février 2023 au Musée des Beaux-Arts de Limoges.


Quelque cinq cents édifices, monuments publics (civils et religieux) ou bâtiments privés répartis dans le monde attestent aujourd’hui de la notoriété et du rayonnement des travaux de Francis Chigot (1879-1960). Près de quarante ans après la dernière rétrospective dédiée au brillant coloriste et de longues et patientes recherches menées par l’association Francis Chigot, l’heure était venue de rendre hommage à cette figure de premier plan dans l’histoire du vitrail.

Léon Jouhaud (cartonnier) et Francis Chigot (verrier), L’Émaillerie limousine, 1908, Musée des Beaux-Arts de Limoges.

Soutenu par la DRAC Nouvelle-Aquitaine, le musée des Beaux-Arts de Limoges et la Cité du vitrail de Troyes s’associent pour organiser une exposition consacrée aux réalisations artistiques du premier atelier de peinture sur verre du Limousin créé par Francis Chigot, au début du XXe siècle. Cette immense et exceptionnelle production de vitraux sera mise en pleine lumière grâce à une sélection significative de vitraux, maquettes, cartons et esquisses de vitraux conçus à Limoges entre 1907 et 1960. Divers documents (plaques et tirages photographiques, publicités…) ou œuvres (émaux, pastels…) s’attacheront aussi à éclairer ces œuvres. Ces dernières ont été sélectionnées de façon à montrer la diversité des productions de l’atelier, que ce soit par leurs destinations (privées ou publiques, civils ou religieuses) ou par leurs styles (Art Nouveau ou Art déco). Toutes témoignent du talent de Chigot comme coloriste, usant du verre comme d’une palette ou du plomb comme d’un pinceau.

Du 22 octobre 2022 au 12 février 2023 : laissez-vous guider !

Francis Chigot, L’Arbre en fleurs, vers 1920, Musée des Beaux-Arts de Limoges

Le parcours de l’exposition suit chronologiquement la biographie de Francis Chigot et l’essor de son atelier, sans s’interdire d’éventuels détours afin de mettre en exergue certains aspects plus singuliers.

En complément, un espace technique donnera des clés de compréhension sur ce savoir-faire (méthodes de travail, évocation d’une composition et d’une restauration emblématiques). Au-delà des œuvres graphiques exposées, les maquettes, cartons et photographies numérisés feront voyager le visiteur dans le monde entier à travers les réalisations vitrées, heureusement toujours in situ (Canada, États-Unis, Guinée, etc.).

Un documentaire de 30 minutes (avec notamment des témoignages d’anciens membres de l’atelier) sera diffusé dans l’auditorium situé près des vitraux de la Galerie de liaison, lesquels seront accompagnés de quelques dessins préparatoires et maquettes.

Un catalogue accompagne l’exposition, réunissant des essais des meilleurs spécialistes du vitrail et proposant un éclairage sur l’ensemble des œuvres présentées (Liénart éditions, 280p. 30€).

À ne pas manquer :

Outre les visites commentées, le musée propose un parcours-jeu pour le jeune public ainsi qu’un espace, « l’atelier », dans lequel tout un chacun peut devenir maître-verrier et composer ses vitraux.
Plusieurs conférences seront également proposées, en lien avec l’association des Amis du musée, ainsi que des ateliers de création de vitraux. Comme un écho à ce qui fut l’une des sources d’inspiration de Francis Chigot pour l’élaboration de ses vitraux, un concert de jazz viendra clôturer l’exposition.

Francis Chigot, Fontaine (panneau pour une salle de bain), 1925, collection particulière

L’exposition au Musée des Beaux-Arts de Limoges et au-delà

Labellisée Ville créative de l’UNESCO, Limoges bénéficie d’une longue tradition autour des arts du feu. À ce titre, le musée des Beaux-Arts de la Ville dispose d’une exceptionnelle collection d’émaux et présente, dans ses collections permanentes, une douzaine de vitraux issus de l’atelier de Francis Chigot. Il était donc naturel pour le Musée de mettre en lumière le personnage local et central de cet art. La coproduction de l’exposition avec la Cité du vitrail de Troyes permet de faire converger les compétences des deux établissements, tant d’un point de vue scientifique que technique et de proposer une itinérance de l’exposition en dehors du Limousin. En jouant sur les effets de lumière et de transparence, l’apport de la Cité du vitrail dans la scénographie offre une exposition mettant au mieux en valeur les vitraux.

L’exposition permettra également d’exposer des œuvres de Francis Chigot appartenant aux collections du musée, aujourd’hui en réserve, à l’image du triptyque de l’Après-midi d’un faune, et de les faire restaurer si nécessaire, notamment par l’Atelier du vitrail, héritier de l’atelier Chigot.

Francis Chigot

Portrait Chigot recadre.jpg

Parallèlement à sa scolarité classique au lycée, Francis Chigot est entré à 15 ans à l’École nationale d’Art décoratif de Limoges (l’ENAD). Couvert de premiers prix, il poursuit à 20 ans ses études aux Arts décoratifs de Paris et à l’Académie Julian. Lors de l’Exposition universelle de 1900, il découvre les réalisations civiles sur verre de l’École de Nancy dont le style souple et fleuri l’enthousiasme. À la mort de son père en 1903, il est obligé de quitter la capitale pour prendre sa succession à la tête de l’entreprise de peinture-vitrerie-décoration. Il décide toutefois de privilégier rapidement le vitrail, au point de lui dédier quatre ans plus tard un local, véritable acte de fondation de son atelier de maître-verrier. Dès lors, il applique subtilement les principes de l’Art nouveau. Les commandes affluent rapidement, tant dans le domaine de la création et de la restauration de vitraux d’églises, qu’en provenance de particuliers, pour des commerces, bureaux ou maisons (baies d’escalier, verrières de jardins d’hiver, plafonds...).   

Atelier Chigot (Pierre Parot et Camille Bonnet, peintres) et Francis Chigot (verrier), L’Après-midi d’un faune, 1934, musée des Beaux-Arts de Limoges.