Immense figure de la peinture française dès les années 60, son œuvre s´est déployée sur un peu plus de cinq décennies.

Associé au courant de la peinture radicale Claude Rutault a renouvelé d’une façon majeure la pratique de la peinture en posant les prémices d’un art relationnel et participatif.

Il adopte en effet un principe fondateur : le tableau doit être peint de la couleur du mur sur lequel il est accroché par le « preneur en charge », celui qui expose l’œuvre dans un espace public ou privé. En découle un art à échelle humaine, sobre et ludique, composé de concert par l’artiste et l’amateur à qui le peintre demande d’interpréter l'une des règles du jeu qu’il appelle des « définitions/méthodes ». Celles-ci sont aujourd’hui au nombre de six cent cinquante. Tenant du tableau-relief, du jeu de domino mural et de l’art de la discrétion caractéristique de l’histoire du monochrome, certaines actualisations de ses peintures sont visibles dans les plus grands musées français et internationaux.

Claude Rutault a porté avec constance et générosité un art de la « prise en charge », de la peinture bien sûr, mais aussi, au-delà ou en deçà de ce médium immémorial, de tout ce qui est humain.

Claude Rutault était respecté et admirée du monde de l’art.  Il demeure un modèle de constance et d’intégrité pour nombre d’artistes plus jeunes.