C’est avec une immense tristesse que j’ai appris le décès de Véronique Robert, grande journaliste de guerre. Elle a succombé aux blessures causées par l’explosion d’une mine à Mossoul, lors de laquelle ses confrères Stéphan Villeneuve  et Bakhtiyar Haddad ont perdu la vie.

 Tous les trois effectuaient - avec Samuel Forey, également blessé lors de l’explosion - un reportage sur la bataille de Mossoul pour le magazine Envoyé Spécial de la chaîne du service public France 2, avec la société #5 Bis Productions. Véronique Robert avait auparavant réalisé plusieurs carnets de bord à Mossoul comme envoyée spéciale de Paris Match.

 Véronique Robert exerçait sa mission de grand reportage avec un immense courage et un très grand professionnalisme.  Spécialiste du Moyen Orient, elle avait couvert de nombreux conflits, animée par son engagement pour l’information et sa volonté de témoigner.

Mes pensées émues vont à ses deux enfants, à sa famille, aux équipes de la société #5 Bis Productions et de France Télévisions, ainsi qu’à la communauté des journalistes une nouvelle fois meurtrie.