Symbole à travers le monde de la gastronomie française, la baguette de pain fait son entrée sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.

C’est un « emblème du patrimoine culturel national » qui vient d’être consacré. En inscrivant le 30 novembre « les savoir-faire artisanaux et la culture de la baguette de pain » sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, l’Unesco reconnaît le savoir-faire de nos artisans boulangers et valorise l’ensemble d’une filière (meuniers, céréaliers, salariés et apprentis). Cette inscription a été saluée par Rima Abdul Malak, ministre de la Culture, et Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme.

Un savoir-faire reconnu

La ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, salue la décision de l’Unesco qui « consacre la dimension patrimoniale des savoir-faire artisanaux de la baguette et reconnaît qu’aller chercher son pain est aussi un acte culturel, un moment de partage et de lien social. La baguette est reconnue dans le monde entier comme un symbole de la gastronomie française. Sous ses différentes formes, traditionnelle ou réinventée par nos artisans, la baguette rythme le quotidien des Français – matin, midi et soir – depuis plusieurs siècles et s’est exportée dans de nombreux pays. »

La ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, Olivia Grégoire se réjouit de cette annonce.  « Cette décision contribue au rayonnement du savoir-vivre à la française, des traditions de partage et de convivialité, et du savoir-faire de nos artisans boulangers. C’est une reconnaissance de la culture de la baguette qu’il nous revient de préserver, de protéger, pour assurer la transmission de ce patrimoine. »

BAGUETTE-PAIN-PATRIMOINE-IMMATERIEL-UNESCO-MAGALI-COHEN-HANS-LUCAS-VIA-AFP.jpg

Sauvegarde et valorisation

La baguette est le type de pain le plus apprécié à travers le pays. Son origine remonte aux pains longs du XVIIe siècle, mais sa consommation s’est généralisée au cours du XXe siècle. Les mesures de sauvegarde envisagées comportent la mise en place d’actions de sensibilisation à l’importance des pratiques alimentaires faisant partie du quotidien et partagées par le plus grand nombre.

Ces mesures seront pleinement soutenues par la ministre de la Culture et la ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, en lien avec le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.