Le 21 septembre, Frédéric Mitterrand a inauguré le LaM, Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut.

Un musée unique en Europe. Après quatre ans de travaux de rénovation et d’agrandissement, le Musée d’art moderne Lille Métropole (Villeneuve d’Ascq) rouvre ses portes au public le 25 septembre sous un nouveau nom : le LaM – Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut.
Ses deux très belles architectures, environnées par un parc de sculptures (Alexander Calder, Pablo Picasso, Eugène Dodeigne...), abritent désormais trois collections prestigieuses des XXe et XXIe siècles.
Riches de plus 4 500 œuvres le LaM bénéficie de plus de 4 000 m2 de surface d’exposition. Avec la plus importante collection d’art brut en France, le LaM est le seul Musée en Europe à associer d’une façon aussi complète l’art moderne, l’art contemporain et l’art brut.

Deux architectures, un même esprit. Le Musée d’art moderne Lille Métropole a été construit il y a 25 ans par l’architecte Roland Simounet. Dès l’origine du projet, et sous l’impulsion des donateurs Jean et Geneviève Masurel, le musée a été pensé comme l’alliance harmonieuse d’une collection d’œuvres d’art, d’une architecture et d’un parc exceptionnels.
Un concours a été lancé en 2002 pour la restructuration et l’extension du Musée. La lauréate, Manuelle Gautrand a conçu un bâtiment dont les volumes viennent embrasser l’arrière de l’édifice de Roland Simounet. Ces deux architectures qui se déploient dans un vaste parc de sculptures, invitent le visiteur à une déambulation renouvelée entre l’extérieur et l’intérieur, la nature et les salles d’expositions.

Trois collections exceptionnelles. Le LaM possède quelques 4500 œuvres réparties en trois ensembles : une prestigieuse collection d’art moderne, un ensemble d’art contemporain de référence et à une collection d’art brut sans égale en France.
Inauguré en novembre 1983 et inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 2000, le musée a été conçu pour abriter la donation faite par Jean et Geneviève Masurel à Lille Métropole Communauté Urbaine en 1979.
Pour sa réouverture, le musée propose d’aller à la découverte de ses nouveaux espaces grâce à une exposition « Habiter poétiquement le monde » qui montrent sous un jour nouveau quelques-unes des plus belles pièces de ses trois collections.