Chaque mois, sur cette page, les musées de France qui versent pour la première fois des notices sur Joconde, le catalogue collectif des collections des musées de France, présentent leurs collections et leur volonté de participer à cette ressource commune. Un lien inséré sur chaque versement vous permet d'afficher directement les notices diffusées sur POP, plateforme ouverte du patrimoine. Vous pouvez également en savoir plus sur chacun des musées grâce au lien vers sa fiche Muséofile, le répertoire des musées de France.

Musées du mois

Fontaine-de-Vaucluse, Musée-bibliothèque Pétrarque

Robert Hubert, Rochers de la Fontaine de Vaucluse, papier, lavis, plume, vers 1785, Fontaine-de-Vaucluse, musée-bibliothèque Pétrarque (c) Fontaine-de-Vaucluse, musée-bibliothèque Pétrarque
Robert Hubert, Rochers de la Fontaine de Vaucluse, papier, lavis, plume, vers 1785, Fontaine-de-Vaucluse, musée-bibliothèque Pétrarque (c) Fontaine-de-Vaucluse, musée-bibliothèque Pétrarque

Le poète Pétrarque (1304 – 1374) découvrit le site de Fontaine-de-Vaucluse à 9 ans et s’installa ensuite dans une maison, au pied de la falaise. Fontaine-de-Vaucluse fut rapidement un lieu de pèlerinage pour tous ceux qui aiment la poésie de Pétrarque : Madeleine de Scudéry, Casanova, Mirabeau, Lamartine, George Sand, Stendhal… L’idée germe au XIXe siècle d’un Musée Pétrarque à Vaucluse. Pour les 600 ans de la rencontre entre le poète et Laure, sa muse, en 1927, une maison est choisie à Fontaine-de-Vaucluse et devient la Maison de Pétrarque. Les collections proviennent de l’Université d’Aix-en-Provence et sont essentiellement composées d’incunables, d’éditions anciennes et de dessins. L’inauguration a lieu en 1928. En 1968, le Conseil général de Vaucluse rachète le Musée Pétrarque, qui renaît dans les années 1980.

Le Musée-Bibliothèque est membre de la Fédération des Maisons d’écrivains, des Patrimoines littéraires et appartient au réseau des Maisons des Illustres. Les collections comportent des dessins et des estampes sur Pétrarque, Laure et la Fontaine-de-Vaucluse ainsi qu’un fonds d’éditions anciennes des œuvres du poète et de pétrarquistes. Une collection d’art moderne perpétue l’attache d’artistes avec ce territoire, autour de René Char : Georges Braque, Alberto Giacometti, Vieira Da Silva, Joan Miró, Zao Wou-Ki, Pablo Picasso…

Le versement sur Joconde commence par le fonds ancien, gravures et incunables ; suivront les éditions anciennes et les collections d’art contemporain autour de René Char.

Informations fournies par le musée

Diversité des collections

 En savoir plus sur ce musée intégré en août 2021

Fontaine-de-Vaucluse, Musée Jean Garcin 39-45 : l'Appel de la Liberté

Alger, Brassard des Forces Françaises de l'Intérieur reçu par parachutage, tissu, métal, 2e quart 20e siècle, Fontaine-de-Vaucluse, musée Jean Garcin 39-45 : l'appel de la liberté (c) Musée Jean Garcin 39-45 : l' appel de la liberté
Alger, Brassard des Forces Françaises de l'Intérieur reçu par parachutage, tissu, métal, 2e quart 20e siècle, Fontaine-de-Vaucluse, musée Jean Garcin 39-45 : l'appel de la liberté (c) Musée Jean Garcin 39-45 : l' appel de la liberté

Raymond Granier, collectionneur passionné, a rassemblé sa vie durant tout ce qui avait un rapport avec la pénurie, les restrictions ou le rationnement durant les guerres de 1870, 1914-1918 et 1939-1945. En 1981, le Conseil général acquiert ce fonds de plus de 10 000 pièces. Fontaine-de-Vaucluse est choisie pour l’installation d’un musée. En 1985, un conservateur du patrimoine est nommé et le Musée d’Histoire 1939-1945 L’Appel de la Liberté est officiellement ouvert au public en juillet 1990. Après le décès de Jean Garcin, président du Conseil général et ancien résistant, en 2006, le musée décide de lui rendre hommage en se dénommant : Musée d’Histoire Jean Garcin : 39-45 L’Appel de la Liberté. Il a obtenu l’appellation « Musée de France » en 2010.

Il s’agit de témoigner de façon pérenne d’une histoire récente tout en dépassant l’anecdotique de l’événement et tendre vers l’expression et le rayonnement d’un idéal universel. C’est ainsi que la muséographie, constituée de décors de Willy Holt, ayant pour but de toucher la sensibilité pour susciter la réflexion, fut choisie pour le rez-de-chaussée, consacré à la vie quotidienne. L’étage supérieur du musée retrace l’histoire de la Résistance en Vaucluse avec des enregistrements vidéo d’anciens Résistants. Enfin, la dernière partie du musée s’intéresse à la Résistance dans les Arts et les Lettres.

La quantité de pièces numérisées est désormais suffisamment représentative pour permettre un versement sur Joconde de notices avec visuels.

Informations fournies par le musée

Diversité des collections

 En savoir plus sur ce musée intégré en août 2021

Valréas, Musée du cartonnage et de l'imprimerie

Lancôme international, Boîte à poudre, carton plié et imprimé, entre 1935 et 1940, Valréas, musée du cartonnage et de l'imprimerie (c) Valréas, musée du cartonnage et de l'imprimerie
Lancôme international, Boîte à poudre, carton plié et imprimé, entre 1935 et 1940, Valréas, musée du cartonnage et de l'imprimerie (c) Valréas, musée du cartonnage et de l'imprimerie

Ce musée, ouvert en 1991, abrite la mémoire du cartonnage et de l’imprimerie qui ont fait la prospérité de Valréas. Il témoigne des modes de fabrication et d’impression de la boîte en carton, de ses origines à nos jours. Une collection de patrimoine industriel d’environ 30 000 pièces rassemble matériels, archives d’entreprises et documents iconographiques. Elle révèle la naissance et le développement d’une histoire industrielle dans la capitale française du cartonnage, Valréas, devenue le plus grand centre de cartonnage français atteignant une renommée mondiale. Reflets des évolutions techniques, économiques et sociales, les collections confirment la richesse des productions dans les domaines de la pharmacie, bijouterie, confiserie, parfumerie…

Au rez-de-chaussée, le parcours présente les différentes phases de fabrication des coffrets et étuis pliants en carton imprimé et retrace la chaîne opératoire des deux industries, l’historique du cartonnage et ses débuts avec la sériciculture (élevage des vers à soie), l’organisation du travail en atelier et à domicile, la lithographie, typographie, offset… Les objets d’archéologie industrielle, de savoir-faire et de traces de la mémoire ouvrière témoignent des mutations technologiques, économiques et sociales. Au dernier étage, un film sur la fabrication des boîtes en carton de nos jours complète la visite par une vision de l’entreprise moderne.

L’exposition de cette année, Jolies Frimousses, est l’occasion de débuter l’export sur Joconde des collections présentées.

Informations fournies par le musée

Diversité des collections

 En savoir plus sur ce musée intégré en août 2021

Autres musées intégrés en 2021

Musées intégrés en 2020