À peine achevée la quarantième édition du Festival international d’opéra baroque et romantique de Beaune, son âme, Kader Hassissi, s’est retirée sur la pointe des pieds, un 15 août. Nous laissant à la tristesse d’avoir perdu un tel homme, discret et investi, de ceux qui, appelés à une mission importante, comme celle de préserver les musiques anciennes et de les partager avec le plus grand nombre, y consacrent leur énergie et leur vie.

Ce Kabyle d’origine installé en Bourgogne ne craignait en effet ni les voies escarpées ni l’altitude. Avec son épouse et directrice artistique, Anne Blanchard, et sur la base d’une académie d’été, il a créé le Festival international d’opéra baroque et romantique de Beaune de façon à transmettre son érudition et sa passion à tous les publics, connaisseurs, curieux, amateurs, et à soutenir durablement les artistes lors de concerts donnés les week-end de juillet aux Hospices de Beaune et à la Collégiale Notre-Dame.

Maître d’œuvre obstiné et brillant de ce festival lyrique de renommée mondiale qu’il a tenu contre vents et marées, promoteur sans trêve du baroque et de ses acteurs, Kader Hassissi a favorisé pendant quarante ans la carrière de toute une génération d’artistes. 

Cette humanité, cette honnêteté, cette sincérité et cet enthousiasme de Kader Hassissi, nous les regretterons tant. 

J’adresse à son épouse, Anne Blanchard, ainsi qu’à tous ses proches, et aux équipes du Festival mes plus sincères condoléances.