C'est une très grande figure de la pensée française qui vient de s’éteindre, à 91 ans.

 

Reconnu comme un philosophe majeur dans le monde entier, René Girard est l’auteur d’une œuvre d’une portée considérable, qui a influencé aussi bien la philosophie des sciences que l’histoire des religions, sans oublier – et les étudiants de lettres ou de sciences humaines d'aujourd'hui et d'hier auront une pensée pour son incontournable Mensonge romantique et vérité romanesque, où il explicitait de façon lumineuse sa théorie du « désir mimétique » – sa relecture des grands classiques de la littérature.

En marge des courants dominants de la pensée française, René Girard a suivi contre vents et marées sa propre voie aux Etats-Unis, à l’université de Stanford. Là-bas, l’académicien qu’il était devenu a continué de creuser, profondément, un sillon particulier, celui d’une pensée originale au sein de la French Theory, à l’abri des modes, remarquablement écrite, atypique et classique à la fois.

J'adresse mes condoléances à sa famille et ses proches.