Avec Claude-Michel Cluny, disparu à quatre-vingt-quatre ans, nous perdons un auteur qui mit la poésie à la première place. Poète mais aussi romancier, critique et éditeur, il fut avant tout un découvreur d’auteurs et un passeur de textes, œuvrant sans relâche pour une seule cause : la poésie.

Ne cherchant pas à plaire, ne dédaignant pas d'être déplaisant à l'occasion, il a séduit les lecteurs dès son premier recueil de poèmes « Désordres », et son premier roman « La balle au bond ». Son œuvre prolifique, à la fois crue et exigeante, a été maintes fois couronnée : Grand prix de l'Académie française poésie en 1989, Prix Renaudot essai en 2002, Prix européen Léopold Sédar Senghor en 2012.

Infatigable globe trotter, il a accompagné plusieurs grandes aventures éditoriales de son temps, comme celle qui va des « Lettres françaises » à « Orphée », la collection de poésie si importante pour la découverte de talents venus du monde entier.