Valérie Lang nous a quittés cette nuit. Je pense à elle qui est partie dans le rayonnement de son talent, à ses parents, Jack et Monique à qui j'exprime toute mon amitié et ma tristesse.
Sa disparition a été un choc pour tout le monde du théâtre, auquel elle avait apporté son immense talent de comédienne et à qui elle avait tant encore à donner.
Sa présence sur scène était une flamboyance. Valérie Lang portait en elle une lumière et une évidence : celle d'avoir trouvé très tôt sa vérité de comédienne. Elle savait que les auteurs, les compagnonnages, le théâtre dans son ensemble, produisent les plus grandes révolutions et les meilleures alliances.
Valérie Lang commence sa formation de comédienne au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique (CNSAD) dans la classe de Jean-Pierre Vincent. Elle rejoint de 1992 à 1998 la Troupe de Stanislas Nordey au Théâtre des Amandiers de Nanterre. Puis, elle co-dirige avec Stanislas Nordey le Théâtre Gérard Philipe, de Saint-Denis. Elle poursuivait depuis son parcours de comédienne.
Valérie Lang puisait aux sources du théâtre, un théâtre de chair et d'engagement dans un lien indissociable avec le public.
Le théâtre était, disait-elle, « acte de résistance ». C'est une résistante – et une femme libre – qui s'en va, dont le souci était de transmettre cette indépendance dans son art, dans sa vie.
Elle nous manque déjà.