Discours de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de laCommunication, prononcé à l’occasion de la cérémonie de remisedes insignes de Chevalier des Arts et Lettres à Denis Roche.

Si un mot devait résumer votre parcours, c’est le mot d’éclectisme. Dans
les missions de développement et de promotion de la culture, c’est un
atout, c’est même une exigence à l’heure des métissages entre formes
d’expression artistiques. Avant de rejoindre la DRAC Guyane en tant que
Conseiller Musées et Arts plastiques et en tant qu’adjoint du Directeur des
Affaires culturelles, vous avez en effet été journaliste, éditeur, producteur
de cinéma, correspondant de revues, curateur d’expositions. Vous êtes
donc allé par « sauts et gambades » pour reprendre la malicieuse
expression de Montaigne dans Les Essais.
Vous avez été un opérateur culturel, un créateur avant d’en devenir un
administrateur dans les Services déconcentrés de l’Etat, à la DRAC Centre
puis à l’administration centrale du Ministère, où vous avez exercé les
fonctions de Secrétaire général du Musée des monuments français. Vous
avez par la suite exercé votre activité à la Caisse des Monuments
historiques puis à la manufacture de Sèvres. Le territoire des musées vous
est donc familier et vous l’avez approché sous différents aspects : l’action
auprès des publics, la promotion économique, l’administration. Riche de
votre expérience dans le secteur privé et dans l’entreprise culturelle, vous
avez alors accompagné la transformation de l’offre des musées au cours
des années 90. Le musée « temple du savoir » est ainsi de plus en plus
devenu un « musée forum » ouvert sur la société. Le conservateur et le
directeur d’établissement public, sans renier les exigences scientifiques, a
été conduit à investir dans la gestion et le développement des stratégies de
promotion auprès des publics. Aucune de ces voies de développement
n’est à négliger ; elles sont complémentaires et doivent dialoguer dans le
respect des missions de conservation des oeuvres.
Passionné par les arts visuels et par la création contemporaine, proche des
préoccupations et des attentes des artistes vous avez par la suite été
nommé à la Délégation aux Arts plastiques (DAP) puis au Centre national
des Arts plastiques (CNAP), en tant que chef du service de l’aide aux
artistes. De votre expérience plurielle, diverse, vous avez tiré une capacité
à dialoguer avec ceux qui font la culture. Celle-ci est extrêmement
précieuse, dans vos fonctions auprès de Michel Colardelle, dans des
domaines sur lesquels le plan culturel pour la Guyane que je présenterai
demain met particulièrement l’accent.
Votre parcours traduit parfaitement l’idée que je me fais des missions de ce
ministère : la gestion d’un héritage légué par André Malraux et ses
successeurs ; l’anticipation des évolutions et des transformations de
l’accès aux arts à l’âge du numérique et de la globalisation des savoirs. Les
politiques publiques de la culture dans notre pays sont inséparables de ces
deux dimensions : elles doivent être gestionnaires et visionnaires. Votre
parcours témoigne, me semble-t-il, de cette double exigence.
Aussi est-ce pour moi un plaisir de vous nommer, au nom de la République
française, au grade de chevalier des Arts et Lettres.