Elizabeth Taylor était la dernière star dont la vie romantique et les filmsromanesques ont formé une seule œuvre au charme magique et désormais légendaire.

Sa filmographie forgée à partir d’un talent reconnu depuis son enfance et
«Fidèle Lassie» s’étend sur près de 70 ans de l’histoire du cinéma. Héroïne
des films flamboyants de Tennessee Williams avec «La chatte sur un toit
brûlant» ou «Soudain l’été dernier», incarnation d’une «Cléopâtre» qui fit
couler plus d’encre et plus de dollars qu’aucune souveraine de l’écran, étoile
d’un feuilleton sensationnel et palpitant dans une série de films remarquables
où s’abritaient les sentiments passionnés qui l’unissaient à Richard Burton,
Elizabeth Taylor a véritablement fait rêver un public planétaire.

Elle a dessiné autant de repères et de moments intenses de l’aventure du
7ème Art en tournant avec les plus grands metteurs en scène, les meilleurs
acteurs de sa génération dont le catalogue occupe toute la mémoire du
cinéma.

Les mariages, les caprices supposés et les retards biens réels, les bijoux et
le style de vie fastueux, toute une manière d’être témoignant d’un fantastique
appétit dont l’existence auraient pu scandaliser le public s’il n’avait perçu, en
même temps, les peines et les accidents de santé, les dégringolades
spectaculaires et les prodigieux «come backs» révélant une humanité et une
générosité inégalables.

Adorable et lumineuse à ses débuts chez Mervyn Leroy (Les quatre filles du
docteur March) et Minelli (Le père de la mariée), elle a ensuite conquis un
rayonnement et une force étonnante dans la transgression et dans l’audace,
accompagnant l’émancipation des femmes, dans sa vie comme à l’écran. De
l’ingénue à la mère courage, de la séductrice à la « mégère apprivoisée »,
elle sut incarner toutes les facettes du féminin au XXème siècle.

Depuis plus de vingt ans, Liz Taylor, femme d’une grande générosité, avait
placé sa notoriété et son aura au service de la lutte contre le sida avec
constance et détermination.

Femme aimante et courageuse, mère attentionnée de quatre enfants,
anglaise d’origine anoblie par la Reine, Elizabeth Taylor était, en privé, une
personne timide et douce, cultivant l’amitié avec une gentillesse rare. Elle
emporte avec elle ce mystère dont elle sut pratiquer les secrets avec une
grâce et un brio incomparables : le glamour.