Le 11 novembre, Frédéric Mitterrand a accompagné le Président de la République qui s’est rendu à Meaux pour inaugurer le Musée de la Grande Guerre.

Le musée de la Grande Guerre. Il présente sur 3000 m l’extraordinaire collection d’un grand spécialiste de la Première Guerre mondiale, Jean-Pierre Verney. Cette collection a été acquise par la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux. Le Musée a été inauguré le 11 novembre par Nicolas Sarkozy, accompagné de Frédéric Mitterrand et du député - maire de Meaux, Jean-François Copé.

Autour de Meaux de nombreux sites gardent encore la trace de combats acharnés : Barcy, Chambry, Chauconin-Neufmontiers… Voué à devenir la porte d’entrée des parcours de mémoire consacrés au premier conflit mondial, le Musée se situe au pied du monument américain commémoratif des batailles de la Marne 1914 et 1918.

L’architecte Christophe Lab a eu à cœur d’inscrire le musée dans le paysage sans le perturber. L’édifice s’étend sur 7000 m, dont 3000 m dédiés à l’exposition permanente et 300 m pour les expositions temporaires, 2 salles pour accueillir les scolaires et développer des ateliers de découverte, un auditorium de 115 places, un centre de documentation comprenant plus de 6000 ouvrages, un café, une librairie et une boutique.

Une collection exceptionnelle. Elle a été achetée en 2005 par la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux. Jean-Pierre Verney avait commencé à rassembler des objets à la fin des années 1960 : armement et artillerie (fusils, mitrailleuses, sabres, baïonnettes, obus, torpilles…), objets de la vie quotidienne sur le front et à l’arrière (réchauds, tabac, prothèses, souvenirs, pharmacie, objets de culte…), gros matériels (roulante, charrette de compagnie, lit d’hôpital, chaise de mutilé, tour d’obus…), plus de 200 uniformes complets représentant la totalité des pays belligérants (35 pays), journaux, photographies, plaques de verre, affiches, cartes postales mais aussi des dessins, des lettres, des gravures et des tableaux… Soit quelque 50 000 objets et documents. Une collection qui n’a pas son équivalent en Europe.

En 2007, le futur Musée a obtenu l’appellation « Musée de France » (http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/loi/musees/principales-dispo.htm) délivrée par le ministère de la Culture et de la Communication, confirmant ainsi l’intérêt exceptionnel de la collection et du projet à l’échelle nationale.

La fin du XIXe siècle. Le comité scientifique constitué autour de l’historien Marc Ferro pour définir le parcours du Musée s’est attaché à démontrer combien les conditions ont pu changer entre la bataille de la Marne en 1914, qui rappelle la guerre de 1870, et celle de 1918 qui fait appel aux avancées techniques que l’on retrouvera dans tous les conflits qui suivront. Cette période marque un tournant dans l’Histoire, le vrai passage du XIXe au XXe siècle.

Temps fort de la visite, la grande nef accueille notamment les uniformes complets de Marne 1914 et de Marne 1918, les gros matériels (avions Blériot XI et Spad XIII, 3 camions, char Renault FT17, taxi de la Marne…) et la reconstitution d’un champ de bataille (tranchée allemande, no man’s land et tranchée française).