Un peu plus de 500 ans après sa construction, l'un des rares ponts encore habités en France, et même en Europe, est désormais intégralement classé monument historique depuis le 28 novembre 2022.

Le pont de Rohan à Landerneau (Finistère) date du Moyen Âge. Dans son état actuel, il prend la forme d'un « pont rue » long de 70 mètres, bordé de maisons encore occupées par de nombreux commerces et des habitations. En fond d’estuaire, il est parfaitement inséré dans un paysage urbain qui évolue au gré des marées. Avec le pont des Marchands à Narbonne (Aude), c'est l'architecture de pont habité la plus emblématique encore visible et accessible en France. Ailleurs en Europe, les ponts bâtis ou habités se comptent sur les doigts d'une seule main : le fameux Ponte Vecchio à Florence est le plus connu de ceux qui subsistent encore.

Pont_de_Rohan_Landerneau _coté_mer_crédit_ministère_de_la_culture_médiathèque_du_patrimoine.jpg

Pont de Rohan coté mer cliché antérieur à 1894 ©Ministère de la culture Médiathèque du patrimoine

Aux origines

La cité de Landerneau, dont l'essor doit beaucoup à sa situation géographique très favorable, est traversée par l'Elorn. Un simple pont, probablement en bois, devait permettre de franchir la rivière dans les premiers temps de l'établissement de la ville. Le site, à la limite de la remontée des marées dans l'Elorn qui se jette dans la rade de Brest, devait dès l’Antiquité constituer un lieu de passage à gué. Il faut attendre 1336 et l'acte de fondation d'un hôpital dédié à saint Georges, situé «à la tête du pont», pour trouver la présence d'un ouvrage construit. Au cours de l'année 1510, le pont est reconstruit, probablement dans son intégralité, par Jean II (1452-1516), vicomte de Rohan, seigneur de Léon et comte de Porhoët, qui y adjoint un moulin et vraisemblablement une prison.

Pont_de_Rohan_Coté_Riviere.jpg

Pont de Rohan coté rivière © DRAC Bretagne

Symbole et témoin de la prospérité du commerce des toiles du Léon

Pour les trois siècles qui suivent sa construction, la ville et le pont constituent un nœud essentiel pour le commerce de la fameuse toile produite dans les campagnes du Léon, exportées vers les ports d’Angleterre, d’Espagne, des Flandres des Pays-Bas et même de la Baltique. La prospérité de cet âge d’or se devine dans les beaux hôtels particuliers de pierre construits près des quais par les négociants landernéens. Au-delà des frontières de la ville, cette prospérité a également permis d’édifier les enclos paroissiaux au plus près des zones de production de la toile. A ce jour, malgré les vicissitudes du temps, quatre incendies, la puissance des marées et des inondations de l’Elorn, une partie de la structure du pont datant du début du 16e siècle et l'intégralité des édifices érigés aux 17e et 19e siècles sont toujours visibles. Une rue commerçante toujours habitée franchit encore l’Elorn. Le pont a vécu pour parvenir jusqu’à nous des remaniements sur des éléments porteurs. Certaines structures récentes s'y sont greffées.

Le classement intégral de l’édifice par le ministère de la culture ( DRAC Bretagne), en favorisant la réparation des derniers dommages de l'été 2021, permettra également de mieux connaitre, faire connaitre et valoriser l’édifice.

Un diagnostic nécessaire et un classement intégral utile

Mobilisée à la suite de l’effondrement d’une partie de l’ouvrage sur la zone d'habitation en août 2021, la société Ginger CEBTP est intervenue en décembre 2021, janvier, février et été 2022 pour poser un diagnostic. Sa mission a consisté en une inspection de l’ensemble de l’ouvrage pour essayer de repérer les fissures, les cavités, les matériaux dégradés. La démarche a été menée depuis le lit de la rivière selon les accès que le niveau d'eau permettait. Elle a été menée à l’œil nu, mais également à l'aide d'un géoradar qui permet de sonder les structures à 2-3 m de profondeur afin d'identifier la présence de vide.

Le classement du pont en qualité de monument historique, effectif par arrêté du 28 novembre 2022, renforce la protection de l'édifice qui était inscrit depuis 2010. Une seule des maisons du pont était jusqu'à présent classée. Cette protection renforcée permettra de faciliter la mobilisation de financements des travaux nécessaires à sa consolidation et à son entretien. Le 25 janvier 2023, les représentants de la Ville de Landerneau et de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC Bretagne) se retrouvent sur place pour officialiser ce classement.

Pour en savoir plus :

Le port de Landerneau et le pont de Rohan : épicentres du commerce de la toile de lin du Léon

Patrimoine _linier_Bretagne_Finistère.pdf

pdf - 2 Mo
Télécharger

Arrêté de classement intégral du pont de Rohan

landerneau_classement_MH_pont_rohan_arrêté CMH signé.pdf

pdf - 586 Ko
Télécharger

Le communiqué de presse de la Ville de Landerneau

25 01 2023 - Officialisation du classement du Pont de Rohan.pdf

pdf - 920 Ko
Télécharger