Le 24 janvier, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, accompagné de Frédéric Mitterrand, a présenté ses vœux au monde de la culture.

Un chantier culturel majeur. Frédéric Mitterrand était à Marseille, le 24 janvier, avec le chef de l'État qui adressait ses vœux au monde la culture. A cette occasion, ils ont visité les chantiers de rénovation du Fort Saint-Jean et de la construction du Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM), conçu par l'architecte Rudy Ricciotti. Le MuCEM est l'un des chantiers culturels majeurs du quinquennat, dans lequel l’Etat a investi 100 M€. Il ouvrira au public en 2013, à l'occasion de l'opération Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture . Le MuCEM, situé à la jonction du Vieux-Port et du nouveau port, joue également un rôle stratégique dans le dispositif de recomposition urbaine Euroméditerranée .

Un remède à la crise et une spécificité française. D’emblée, Nicolas Sarkozy a tenu à rappeler qu’à ses yeux, la culture n'est pas un supplément d'âme « que s'offrirait une société de consommation repue. La culture, c'est le ciment de notre cohésion, le moteur du dynamisme de l'économie et le gage indispensable pour que nos territoires demeurent attractifs »
« Plus la tempête est forte, a ajouté le Président, plus la culture doit nous servir de boussole. La culture, c'est la réponse française à la crise. » Et les chiffres en sont l’illustration: « le budget de la culture, entre 2007 et 2012 s'est accru de 21%. Il n'y a pas un pays au monde qui ait accru son budget de la culture alors que le monde connaît une crise sans précédent depuis 3 ans. Le budget de la culture est passé de 6,9 milliards à 8,3 milliards. […] C’est la spécificité française. » A la fin de son discours, le Président de la République insistera encore sur le fait que « pour la première fois, depuis 1945, les dépenses de l'Etat ont diminué et le budget de la culture a augmenté. »

Une loi juste et efficace contre le téléchargement illégal. En adressant ses vœux au monde de la culture sur le chantier du MuCEM à Marseille, Nicolas Sarkozy a défendu la loi Hadopi, qui depuis 2010 prévoit une réponse graduée contre le téléchargement illégal entre particuliers (peer-to-peer) sur internet. « Il s'agit en réalité, a souligné le Président de la République, de provoquer une prise de conscience dans le grand public et de stimuler l'offre légale. » Grâce à cette nouvelle loi « Un cycle vertueux s'est enclenché […] le piratage peer-to-peer a diminué en France beaucoup plus fortement que dans tous les pays comparables ». Quant à la rémunération forfaitaire (la « licence globale »), elle apparaît particulièrement injuste : « On prend tout au créateur, on lui rend un peu. On le vole d'abord, on l'achète ensuite ».Nicolas Sarkozy a considéré qu’il fallait « aller plus loin » encore: « la coopération entre Etats est nécessaire car ce qui est en cause c'est la lutte contre les sites de streaming installés dans des paradis numériques. » A cet égard, le Président s’est félicité de la décision de la justice fédérale américaine de fermer la plate-forme illégale de partage de fichiers Megaupload.com. La France en ce domaine avait montré l’exemple. 

Une taxe pour soutenir la musique. Nicolas Sarkozy a invité également Frédéric Mitterrand à « mettre en place, dès le mois de février, un système qui s'inspire de la taxe sur les cinémas », cela pour soutenir la musique dans un contexte où « jamais les grands groupes, comme les petites maisons, jamais les auteurs, les compositeurs, les chanteurs ne se sont trouvés dans une situation aussi difficile. » De même, s’agissant de la télévision connectée, « nous devrons trouver, avec les éditeurs de ces services, une solution équitable qui leur fasse obligation d'aider la création » comme le font les médias audiovisuels traditionnels. 

L'Hôtel de la Marine à Paris. Lors de ces vœux, le Président de la République a déclaré également qu’il faisait siennes « les conclusions de la commission du président Giscard d'Estaing […] Les zones patrimoniales de l'Hôtel de la Marine seront ouvertes au public sous la responsabilité du Louvre, qui y présentera des pièces de très grande valeur, historiques et artistiques, les cours principales étant transformées en rues piétonnes, les emplacements du rez-de-chaussée étant concédés aux métiers d'art et aux civilisations françaises. »Valéry Giscard d'Estaing avait proposé dans son rapport, remis en septembre 2011 au chef de l'Etat, de faire du Louvre le « partenaire privilégié de l'Etat » de façon à rendre au public une partie des espaces du monument historique.L’état-major de la marine nationale doit quitter en 2014 l'ancien garde-meuble de Louis XV édifié par Gabriel et rejoindre le Pentagone à la française, dans le quartier de Balard .