Isabelle Cabillic, Béatrice Lauwick et Nathalie Volle présentent le Dictionnaire historique des restaurateurs. Tableaux et oeuvres sur papier. Paris, 1750-1950.

Isabelle Cabillic, Service des musées de France, Béatrice Lauwick, musée du Louvre, et Nathalie Volle, conservateur général honoraire du patrimoine présentent le Dictionnaire historique des restaurateurs. Tableaux et oeuvres sur papier. Paris, 1750-1950, ouvrage collectif indispensable à la compréhension de l’histoire matérielle des œuvres d’art.

Au même titre que les mécènes, les collectionneurs, les marchands ou les fournisseurs de matériel pour artistes, le restaurateur est l’une des figures intermédiaires qui participe à part entière à l’histoire des œuvres. Si les premiers font depuis longtemps, l’objet d’études, la figure du restaurateur n’a jamais été au centre des préoccupations des chercheurs, malgré l’intérêt récent pour l’histoire de la restauration et l’histoire matérielle des œuvres. L’exploration de ce nouveau champ d’étude est l’objet de ce Dictionnaire des restaurateurs.

Le dépouillement d’archives et de publications professionnelles a fait émerger les noms de plus d’un millier de restaurateurs actifs à Paris entre 1750 à 1950. Cette période correspond en effet à l’affirmation d’un métier, transmis essentiellement par l’apprentissage avant la création d’instituts spécialisés au milieu du XXe siècle. Précédant les notices biographiques, des présentations générales situent le cadre historique de la profession. Des cartes de l’implantation des ateliers, des arbres généalogiques et une illustration abondante accompagnent les textes.

Conférence captée et rediffusée ultérieurement sur la chaine YouTube/Louvre et sur Louvre +.

Dictionnaire historique des restaurateurs. Tableaux et oeuvres sur papier. Paris, 1750-1950, sous la direction de N. Volle, B. Lauwick et I. Cabillic. Coédition musée du Louvre / Mare et Martin. 1070 p., 450 ill.

Conditions de réservation : https://www.louvre.fr/en-ce-moment/evenements-activites/le-restaurateur-une-figure-oubliee-de-l-histoire-de-l-art