25 ans : c’est l’âge du titre de Maître d’art que le ministère de la Culture remet tous les deux ans à une dizaine de professionnels des métiers d’art. Cet anniversaire coïncide avec les 60 ans du ministère.

Ce titre, qui a distingué aujourd’hui plus de 140 Maîtres d’art a été particulièrement valorisé cette année : nos meilleurs artisans d’art français aux savoir-faire rares et précieux, ambassadeurs de l’excellence française, ont été mis à l’honneur par des campagnes photographiques et des documentaires vidéo orchestrés par l’Institut national des métiers d’art et via deux expositions : l’une organisée par l’association des Maîtres d’art et de leurs Élèves et installée à l’Hôtel de l’Industrie ; l’autre par l’Institut national des métiers d’art et présentée au ministère de la Culture, dans les galeries du Palais-Royal en décembre 2019.

À sa naissance, le titre de Maître d’art s’était inspiré des trésors nationaux vivants japonais. Il s’est très vite assorti de l’obligation de transmettre à un Élève. Devenu dispositif de transmission, il contribue à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine vivant et au développement des territoires. Le dispositif assure la pérennité de près de 100 métiers évocateurs du patrimoine et de la création de notre pays. Il vise autant à transmettre des métiers que des passions à la jeune génération : archetier, ferronnier, graveur, horloger, lapidaire, orfèvre, restaurateur de pianos ou serrurier sont autant de métiers récompensés cette année. Il y a aussi un fabricant de makhilas.

Le dispositif se féminise de plus en plus : on retrouve, dans la promotion 2019, 6 Élèves- femmes pour 3 Élèves-hommes. Le renouvellement générationnel des professionnels des métiers d’art est synonyme de sa féminisation.

Confié à l’Institut national des métiers d’art et grâce au soutien indéfectible de la Fondation Bettencourt Schueller, le ministère de la Culture maintient ce dispositif exceptionnel destiné à l’insertion des jeunes artisans d’art que sont les Élèves de Maîtres d’art.

2019 est aussi une année charnière pour la politique gouvernementale dédiée aux métiers d’art et au patrimoine vivant. Le ministère de la Culture et le ministère de l’Economie et des Finances réunissent les métiers d’art et le patrimoine vivant au sein d’un nouvel organisme qui verra le jour dans quelques semaines.

À 25 ans, le titre de Maître d’art est encore jeune, plein d’espoir et de maturité, comme les nouvelles générations de professionnels. Je souhaite un très bon anniversaire à tous ceux qui l’ont reçu et qui le défendent.

Franck Riester, ministre de la Culture