Consacrée grande cause nationale par le Président de la République, l’égalité entre les femmes et les hommes s’inscrit dans une stratégie gouvernementale ambitieuse. À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes 2020 paraît la nouvelle édition de l’Observatoire de l’égalité entre femmes et hommes dans la culture et la communication qui mesure, depuis 2013, la part des femmes dans l’administration, les institutions et les entreprises culturelles et médiatiques.

Né d’une volonté d’objectiver le propos sur la place des femmes dans les professions, leur accès aux moyens de création et à la consécration artistiques et culturels, l’Observatoire, dans sa huitième édition, permet de rendre compte des progrès réalisés depuis l’adoption, en 2014, de la loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, mais aussi de mesurer les inégalités et d’identifier les freins qui persistent. Ainsi, si les femmes forment 60 % des effectifs étudiants des écoles nationales supérieures se destinant aux différents métiers de l’art et de la culture, elles s’insèrent toujours moins facilement que les hommes après l’obtention de leur diplôme. Indépendantes ou salariées, elles perçoivent des rémunérations inférieures à celles des hommes et accèdent moins souvent qu’eux à la consécration artistique.

La prévalence des stéréotypes sexistes, également propices à l’apparition et à la légitimation des violences et du harcèlement sexuels et sexistes, transparaît au travers des données statistiques.

Parce que la lutte pour l’égalité des droits passe par la connaissance de la réalité et la reconnaissance des situations discriminantes, cette nouvelle édition de l’Observatoire marque un rendez-vous important dans l’agenda de l’égalité, au fondement d’une société plus juste.

La dynamique s’amplifie depuis 2017. La progression est constante sur tous les critères mesurés dans l’administration et dans l’ensemble des structures culturelles et audiovisuelles. Ainsi, depuis trois ans, près de 44% de femmes ont été nommées à des postes de direction au sein du ministère et de son réseau.    

Selon Franck Riester, « L’objectivation des inégalités entre les femmes et les hommes que permet l’Observatoire, outil statistique indispensable, permet de sortir des approximations et du déni, si confortables : dévoiler la réalité des chiffres est la première étape vers l’égalité réelle, dans tous les secteurs de la culture et de la communication. Des progrès apparaissent : ils sont encore insuffisants, mais ils traduisent ma volonté sans faille d’atteindre la parité ».