Le manuscrit des 120 journées de Sodome du Marquis de Sade et un ensemble de manuscrits autographes d’André Breton, parmi lesquels les deux Manifestes du surréalisme, font leur entrée dans les collections nationales confiées à la Bibliothèque nationale de France. Ces acquisitions majeures font suite au refus de certificat d’exportation en 2017 de ces documents, leur conférant le statut de “Trésors nationaux”, et à l’appel au mécénat lancé par le Ministère de la Culture pour en rendre possible l’acquisition.

Dispositif permettant le maintien sur le territoire français pendant 30 mois de biens d’une importance patrimoniale majeure, le refus de certificat d’exportation, prononcé en 2017 après avis favorable de la Commission consultative des trésors nationaux, pour ces manuscrits a permis ensuite à l’État de rassembler les moyens nécessaires à leur acquisition par la Bibliothèque nationale de France.

 

L’interdiction de sortie du territoire du manuscrit de Sade a été décidée par le Ministère de la culture en premier lieu eu égard à son importance du point de vue de l’histoire littéraire : véritable monument, texte capital de la critique et de l’imaginaire, sulfureux et devenu un classique, il a profondément marqué de nombreux auteurs, d’André Breton à Annie Le Brun, de Georges Bataille à Pasolini. Il est également remarquable du fait du caractère exceptionnel des conditions de sa production, à la Bastille à la veille de la Révolution, et du fait de ses caractéristiques matérielles, surprenant rouleau de plus de 12 mètres de long constitué de 33 feuillets collés bout à bout sur une largeur de 11,3 cm. Ce document en tout point unique rejoindra le département de l’Arsenal de la BnF, qui conserve l’une des plus belles collections du patrimoine écrit du XVIIIe siècle.

Ce manuscrit sera présenté lors d’un colloque en 2022, regroupant des spécialistes et intellectuels, visant à questionner la figure de Sade, la réception de son œuvre au cours des siècles et sa lecture aujourd’hui.

Les manuscrits de Breton - Poisson soluble, le Manifeste du surréalisme et le Second manifeste du surréalisme - constituent un ensemble remarquable, regroupant l’essentiel de l’œuvre théorique de l’auteur. Textes à l’influence mondiale, explicitant les démarches inédites de ceux qui formèrent le plus important mouvement littéraire du XXème siècle, ils rejoignent le département des manuscrits de la BnF, sur le site Richelieu, faisant de la collection de la bibliothèque le plus riche fond surréaliste jamais constitué, aux côtés notamment de ceux de Nadja et des Champs magnétiques.

Ils seront exposés dès le 19 juillet dans l’exposition L’invention du Surréalisme, des Champs magnétiques à Nadja, à la Bnf François-Mitterrand.

Ces deux grandes acquisitions ont été réalisées grâce à la mobilisation de la BnF et du Ministère de la Culture, avec le soutien majeur de grands mécènes de la Bibliothèque, grâce au recours au dispositif fiscal en faveur de l’acquisition des trésors nationaux prévu à l’article 238bis 0A du code général des impôts.

Le Cercle de la BnF, qui réunit depuis 2000 des bibliophiles mécènes de l’institution, s’est tout particulièrement investi. C'est ainsi qu'Emmanuel Boussard a répondu positivement à l’appel de Jean-Claude Meyer, son Président, pour soutenir dans son intégralité l’acquisition du rouleau de Sade. Il voulait ainsi témoigner de son attachement particulier à la bibliothèque de l’Arsenal, où son grand-père a exercé la fonction de conservateur entre 1943 et 1964.

L’acquisition des manuscrits de Breton a été réalisée avec le mécénat de Jean-Claude Meyer, d’Alain Minc, de la Fondation Khôra – Institut de France et de Carlo Perrone. Ce dernier se réjouit par ailleurs de voir le manuscrit de Sade, qui a appartenu à ses grands-parents Charles et Marie-Laure de Noailles, rejoindre les collections publiques. La vente de cet ensemble a été réalisée par l'intermédiaire de l’administrateur judiciaire en charge du fonds Aristophil, avec la collaboration de la société de ventes aux enchères Aguttes.

Cet enrichissement exceptionnel des collections nationales est l’un des plus importants de ces dernières années pour la BnF. Le Ministère de la Culture et la Bibliothèque nationale de France remercient les mécènes qui ont contribué à la réalisation de ces acquisitions.