Jacques Nichet a voué son existence au théâtre. Il était habité par le désir de faire théâtre de tout, avec une volonté insatiable de saisir le monde à bras le corps, pour le déjouer en s’en moquant sur scène. Derrière la façade sérieuse et modeste se cachait un homme fantaisiste à l’ironie mordante.

Ancien élève de l’Ecole Normale supérieure, il fonde une troupe de théâtre universitaire, l’Aquarium en 1965. Agrégé de lettres classiques, il enseigne à Paris VIII. Parallèlement, en 1972, avec une quinzaine d’artistes, dont Didier Bezace et Jean-Louis Benoît, il crée le Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes, donnant naissance à l’une des grandes aventures du théâtre français. En 1986, il est appelé à diriger le Théâtre des 13 vents, centre dramatique national de Montpellier puis, de 1998 à 2007, le Théâtre National de Toulouse. Il poursuit alors ses activités artistiques en compagnie.

Durant l'année universitaire 2009-2010, il a été titulaire de la chaire de création artistique du Collège de France.

La vie artistique de Jacques Nichet a été marquée par des mises en scène majeures, par la redécouverte d’auteurs du répertoire injustement oubliés et méprisés et par un attachement viscéral à la défense des auteurs. Jacques Nichet fut un artiste à l’œuvre polymorphe, inclassable, toujours inattendue, où il usait successivement de montages de textes, d’adaptations d’œuvres non théâtrales ou encore de relectures de textes peu ou pas connus pour construire une œuvre unique.

Très attaché à mettre en partage des textes du monde entier, il a aussi fondé, avec Jean-Michel Déprats, le Centre international de la traduction théâtrale qui deviendra La Maison Antoine Vitez. Jacques Nichet mettra lui-même en scène nombre d’auteurs venus d’Italie, d’Israël, d’Australie, d’Angleterre… qu’il a su découvrir.

Franck Riester, ministre de la Culture, rend hommage à « cet intellectuel et homme de théâtre, qui aura su marquer l’époque de son empreinte singulière, par son travail de mise en scène et de dramaturge, par ses directions successives de centres dramatiques nationaux particulièrement tournées vers la mise en partage avec d’autres artistes ».

Le ministre présente ses condoléances à toute sa famille et à ceux qui lui furent proches.