Le ministère de la Culture et de la Communication rend publique la synthèse
2010 de l’activité des bibliothèques municipales en France :
baisse des inscrits mais hausse sensible de la fréquentation de 2005 à
2010. Les bibliothèques demeurent l'équipement public culturel le plus
fréquenté par les Français.

Rendue publique par le ministère de la Culture et de la Communication, la
synthèse 2010 de l’activité des bibliothèques municipales en France révèle
ou confirme un certain nombre d’évolutions importantes en France : le tassement
général du nombre d'inscrits (- 4 % par rapport à 2005), à l'inverse la
hausse sensible de la fréquentation (+ 24 % par rapport à 2005), le maintien
en volume (+ 4 % par rapport à 2005) mais pas en valeur des budgets d’acquisition,
le caractère très cyclique des investissements des collectivités territoriales
(+ 26 % par rapport à 2005 mais – 32 % par rapport à 2007) ou encore
le poids croissant des dépenses de personnel (+ 3,8 % en rythme annuel
depuis 2005).

Établi par le ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre de
ses missions réglementaires, ce nouveau rapport s’appuie sur des données
collectées auprès d’un nombre d’établissements de lecture jamais atteint
(8 361 bibliothèques et points d’accès au livre interrogés et 6 479 réponses)
et selon une méthodologie renouvelée. Il propose également 13 profils différents
de bibliothèques municipales selon la population desservie : ils permettront
aux collectivités territoriales de mieux se positionner par rapport à des
collectivités de taille comparable.

Ce rapport s’inscrit dans une démarche globale du ministère de la Culture et
de la Communication qui vise à mettre en valeur l’activité des bibliothèques
publiques et leur rôle central de premier équipement culturel de proximité.

Depuis la création de l’Observatoire de la lecture publique en 2008, le
nombre de bibliothèques municipales identifiées par le ministère et interrogées
dans le cadre de son enquête annuelle a plus que doublé et toutes les
données collectées sont à présent disponibles via le site internet de l’observatoire
: http://www.observatoirelecturepublique.fr