Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, sur
proposition du Conseil national des Villes et Pays d'art et d'histoire, décerne
le label « Ville d’art et d’histoire » à une nouvelle ville, et élargit le label
« Pays d'art et d'histoire » attribué au Pays du Lac de Paladru en 1991.

Le label « Ville d'art et d'histoire » est attribué, sur l’avis unanime du
conseil, à la ville d’Ajaccio (Corse du sud). Berceau de la famille Bonaparte
mais aussi de Tino Rossi et de Danielle Casanova, la ville est dotée d’un
patrimoine très riche et de nombreux équipements culturels. Le ministère de
la Culture et de la Communication reconnaît ainsi la richesse architecturale
de la ville et la volonté des élus de mener une politique urbaine de qualité et
de préserver un site exceptionnel. Il souhaite que ce label puisse s’étendre à
terme au territoire de la communauté d’agglomération du Pays ajaccien.

Le label « Pays d'art et d'histoire » attribué en 1991 au Pays du Lac de
Paladru – les trois Vals a été étendu au Pays Voironnais (Isère). Le conseil
national a salué la qualité de la médiation culturelle mise en place depuis
vingt ans et la conformité du projet culturel aux enjeux de l’évolution
qualitative de ce territoire industriel. Outre sa richesse archéologique (fouilles
des chevaliers paysans de l’An Mil), le Pays Voironnais se caractérise par sa
forte dimension paysagère (marais de Chirens, Parc naturel régional de la
Chartreuse) et par la présence d’un bâti à la fois religieux (prieuré roman de
Chirens, monastère de la Silve bénite au Pin), fortifié et industriel (Pont
chavrat).

Le réseau des Villes et Pays d'art et d'histoire compte désormais 167 Villes
ou Pays d'art et d'histoire dont 58 Pays d'art et d'histoire.

La ministre de la Culture et de la Communication attache à la qualité
architecturale et à la dimension paysagère des territoires, ainsi qu’au
développement d’une culture architecturale des Français et d’une dynamique
de création au sein même des villes anciennes, une importance toute
particulière. C'est la qualité de l'espace public dans lequel vivent les
populations qui est en cause.

Le label représente aussi un vecteur essentiel pour le développement de
l'Éducation artistique et culturelle des jeunes, de la maternelle au lycée, en
leur donnant les clés pour accéder à la richesse architecturale, patrimoniale
et environnementale de leur lieu de vie. Plus largement, le label permet de
sensibiliser les habitants à leur cadre de vie - grâce au recrutement d’une
équipe de médiation culturelle de qualité (l’animateur de l’architecture et du
patrimoine en particulier) – prenant ainsi une dimension citoyenne. Ces
objectifs demeurent une des forces de ce partenariat entre l’État et les
collectivités territoriales. Pour ce, celles-ci bénéficient d’une subvention de
l’État. Les conventions « Villes et Pays d’art et d’histoire » sont renégociées
tous les dix ans, afin de mieux faire coïncider les politiques locales avec
l’évolution des exigences du label.