Le ministère de la Culture et de la Communication et le Conservatoire du
littoral et des rivages lacustres ont signé le jeudi 24 février 2011 une
convention de partenariat pour la réalisation de leurs objectifs communs
en faveur de la protection, de la conservation et de la mise en valeur du
patrimoine des territoires gérés par le Conservatoire du littoral.

Cette convention consolide le partenariat existant en faveur des monuments
protégés au titre du code du patrimoine sis sur les propriétés du Conservatoire
et en élargit l'objet à l'ensemble des éléments patrimoniaux, matériels et
immatériels, de ces territoires, au delà du seul patrimoine bâti. Ces éléments
patrimoniaux sont indissociables de l'histoire de ces espaces et de celle des
hommes qui les ont occupés pour y vivre, y travailler, qui s'y sont affrontés,
souvent pour l'accès aux terres intérieures, ou qui en ont tiré l'inspiration
d'oeuvres artistiques. Cette convention prévoit l'association plus étroite des
directions régionales des affaires culturelles en amont des projets d'acquisition
menés par les délégations de rivages du Conservatoire.

Le Conservatoire gère actuellement 139 000 ha sur plus de 600 sites,
représentant 12 % du linéaire côtier. Ces espaces comportent des éléments de
patrimoine de natures très diverses tels que, par exemple, l'abbaye de Beauport,
les forts de Tatihou et de l'Ile-aux-Moines, les domaines endigués du bassin
d'Arcachon, la villa Eileen Grey et le cabanon Le Corbusier à Roquebrune-Cap
Martin, les tours génoises de Campo Moro ou d'Omingnia en Corse, les roches
gravées précolombiennes en Guyane, le patrimoine de l'industrie sucrière en
Guadeloupe, des éléments du patrimoine militaire ou de signalisation
maritimes...

Le programme d'action défini par la convention prévoit l'échange d'expertise
entre les deux entités dans le but de développer :
· l'identification, la connaissance et la conservation du patrimoine
immatériel attaché à ces territoires ;
· sa valorisation, par le biais des actions conduites, notamment, par les
réseaux des Villes et Pays d'art et d'histoire qui comportent de nombreuses
villes littorales ou des musées maritimes ;
· la conservation des archives du Conservatoire et leur valorisation pour
une connaissance partagée de l'histoire des littoraux et des espaces lacustres.

La signature de cette convention illustre l'importance accordée à la préservation
des territoires et de tous les éléments architecturaux, patrimoniaux et paysagers
qui les composent.