Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, se réjouit del'inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel del’humanité :- du compagnonnage- du savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon- du repas gastronomique des Français- de la fauconnerie

Réuni à Nairobi au Kenya, du 15 au 19 novembre, le 5e comité intergouvernemental
des Etats parties à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel
immatériel a inscrit sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de
l’humanité : le compagnonnage, le savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon, le
repas gastronomique des Français et la fauconnerie.
Portées par les représentants des communautés détentrices de ces pratiques
patrimoniales, ces quatre candidatures ont été coordonnées par le ministère de la
Culture et de la Communication, direction générale des patrimoines.
Ces inscriptions sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de
l’humanité font suite à l’inscription en 2009 sur cette Liste du Maloya, de la tapisserie
d’Aubusson, de l’art du tracé de charpente et, sur la liste de sauvegarde, du Cantu in
paghjella profane et liturgique de Corse de tradition orale.

Le compagnonnage
Le système français du compagnonnage est un moyen unique de transmettre des
savoirs et savoir-faire liés aux métiers de la pierre, du bois, du métal, du cuir et
des textiles ainsi qu’aux métiers de bouche. Son originalité tient à la synthèse de
méthodes et procédés de transmission des savoirs extrêmement variés :
itinérance éducative à l’échelle nationale (période dite du « Tour de France »)
voire internationale, rituels d’initiation, enseignement scolaire, apprentissage
coutumier et technique.
La candidature a été portée par les trois organisations françaises
compagnonniques : L’Association Ouvrière des Compagnons du Devoir Tour de
France, la Fédération Compagnonnique des Métiers du Bâtiment des
Compagnons des Devoirs du Tour de France et L’Union Compagnonnique des
Devoirs Unis.
Le savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon
Le point d’Alençon est une technique rare de production de dentelle à l’aiguille,
pratiquée à Alençon en Normandie dans le Nord-Ouest de la France. La dentelle
au point d’Alençon doit son caractère singulier au haut niveau de savoir-faire
requis et au temps très long qu’il faut pour la produire (sept heures par centimètre
carré). Les pièces de textile ajouré réalisées selon cette technique sont utilisées à
des fins d’ornementation civile ou religieuse.
La candidature a été portée par le Ministère de la Culture et de la Communication
(Mobilier national) et la ville d’Alençon.
Le repas gastronomique des Français
Le repas gastronomique des Français est une pratique sociale coutumière
destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des
groupes, tels que naissances, mariages, anniversaires, succès et retrouvailles. Il
s’agit d’un repas festif dont les convives pratiquent, pour cette occasion, l’art du «
bien manger » et du « bien boire ». Le repas gastronomique met l’accent sur le fait
d’être bien ensemble, le plaisir du goût, l’harmonie entre l’être humain et les
productions de la nature. Parmi ses composantes importantes figurent : le choix
attentif des mets parmi un corpus de recettes qui ne cesse de s’enrichir; l’achat de
bons produits, de préférence locaux, dont les saveurs s’accordent bien ensemble ;
le mariage entre mets et vins ; la décoration de la table ; et une gestuelle
spécifique pendant la dégustation (humer et goûter ce qui est servi à table).
Portée initialement par l’Institut européen d’histoire et des cultures de
l’alimentation (IEHCA), la candidature a été annoncée officiellement en février
2008 par le Président de la République. La coordination interministérielle du
dossier a été réalisée par le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la
Pêche, avec la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires
(MFPCA).
La fauconnerie
La fauconnerie est l’activité traditionnelle qui consiste à conserver et dresser des
faucons et autres rapaces pour attraper du gibier dans son environnement naturel.
Utilisée à l’origine pour se procurer de la nourriture, elle est associée à l’esprit de
camaraderie et de partage, plus qu’à la subsistance. On la trouve principalement
le long des itinéraires et corridors de migration. La fauconnerie est le socle d’un
patrimoine culturel plus large, qui inclut des costumes traditionnels, une
alimentation, des chants, de la musique, de la poésie et des danses, autant de
coutumes entretenues par les communautés et clubs qui la pratiquent.
Portée par les Emirats Arabes Unis, la candidature rassemble 11 pays, dont la
France.
Pour plus d’informations :
(http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=335