Hommage de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication à Hubert Nyssen

Hubert Nyssen vient de nous quitter. Né en Belgique, Français
d’adoption, il s’était installé à Arles pour y fonder les éditions Actes sud,
qui allaient vite devenir l’une des plus brillantes maisons au service du
livre de ces trente dernières années. Hubert Nyssen aura ainsi fait la
preuve, s’il en était encore besoin, qu’en matière de culture et
particulièrement de littérature, tout ne se passe pas qu’à Paris, entre le
Quartier latin et Saint-Germain-des-Prés..

L’éditeur inspiré, le découvreur de talent, celui qui a révélé au
public français Nina Berberova et Paul Auster, était lui-même
romancier, essayiste, poète et dramaturge. La langue française aura
été la première et la dernière patrie de ce Bruxellois devenu Provençal,
de ce Français venu d’ailleurs, de ce passionné de traduction et de
littérature étrangère. Il aura apporté au monde du livre et à la France ce
que le flair et le désir de l’éditeur peuvent avoir de plus précieux :
l’ouverture au monde.