À l’occasion de la 39e édition des Journées européennes du patrimoine, la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) de Nouvelle-Aquitaine met en lumière les patrimoines emblématiques de la région et vous emmène à Verrue, sur un chantier de restauration hors-normes, celui du château de Purnon, chef-d’œuvre du XVIIIe siècle.


Aux abords du petit village de Verrue, Tim et Felicity, un couple dAustraliens, nourrit le rêve ambitieux de restaurer le château de Purnon, bijou architectural du Grand Siècle, laissé à l’abandon. Accompagnés financièrement et techniquement par la Conservation régionale des Monuments historiques (CRMH), ils se mobilisent pour sauver l’édifice de la ruine.

L’épopée de ce château, considéré comme l’un des plus beaux de la Vienne, commence en 1772, lorsque Antoine-Charles Achard, marquis de la Haye, entreprend l’édification du domaine. À l’orée de la forêt de Scévolles, il fait construire un château de 105 pièces, des écuries, une chapelle, un moulin, ainsi qu’un parc de 24 hectares. Dans le pur style caractéristique de la fin du XVIIIe siècle, le bâtiment et ses dépendances se caractérise par des formes rectilignes et une rigueur symétrique. À cette esthétique s’oppose un parc tout en courbes, représentatif de la vision dite « romantique » d’un style plus anglais. Un siècle plus tard, le marquis de Rochequairie rachète le domaine et entreprend des travaux de modernisation. Ce dernier fait installer notamment une éolienne Bollée, un système tout à fait novateur pour l’époque, qui permettait d’irriguer le potager grâce à une pompe à vent. À sa mort en 1919, le château tombe lentement en ruine pour plusieurs années.

Il faut attendre près d’un siècle pour que la providence mette Tim et Felicity, un couple d’Australiens francophiles, sur le chemin du château. Passionnés d’architecture du XVIIIe siècle, ils décident de racheter Purnon en 2020 pour le sauver, le restaurer et l’ouvrir à la visite.

Du chef d’œuvre en péril…

L’entreprise dans laquelle ils se lancent est titanesque tant le château est dégradé : la toiture est en grand péril, les intérieurs sont inondés, le bâtiment menace de s’effondrer et la végétation a envahi les dépendances. Malgré ce triste constat, les nouveaux propriétaires sont frappés par l’intérêt exceptionnel des lieux « restés dans leur jus ». Peu de pièces et de mobiliers ont changé depuis sa construction, il y a plus de deux siècles, la charpente d’origine, toujours en place, en forme de coque de bateau inversée. Dite « à la Philibert Delorme » elle est un hommage au style de l’illustre architecte de la Renaissance. Par endroit, le papier peint bleu, toujours accroché aux murs, est signé de la célèbre manufacture parisienne Réveillon.

… à la restauration : un chantier emblématique financé à 60% par l’État

Se pose alors la question de la restauration de ce monument classé au titre des Monuments historiques. Purnon fait en effet partie des bâtiments protégés par l’État, au nom de son intérêt patrimonial. Cette reconnaissance implique une responsabilité partagée avec les propriétaires au regard de sa conservation et de sa transmission aux générations futures. Dès lors, l’enjeu du projet de Tim et Felicity est d’engager des travaux de restauration « dans les règles de l’art ».

À la DRAC, ils sont accompagnés par la Conservation régionale des Monuments historiques (CRMH) à la fois par l’octroi d’un soutien financier à hauteur de 60% du montant des travaux, mais aussi dans le choix primordial de l’architecte. Frédéric Didier, Architecte en chef des monuments historiques, relève le défi. Maître d’œuvre de l’État, il livre son conseil et son expertise, déterminant les orientations des travaux et surveillant leurs évolutions. C’est lui qui, grâce à une connaissance intime de l’édifice, de son histoire et de ses problématiques, orchestre le projet de mise en valeur que Tim et Felicity ont engagé.

Cet été, la façade a ainsi retrouvé son aspect originel de 1788 avec de nouvelles pierres de tuffeau, mais le travail minutieux de la restauration s’inscrit dans la durée. Il faudra sans doute encore deux ans pour que le château soit totalement « hors d’eau » et plusieurs dizaines d’années avant que les travaux ne s’achèvent. Une fois les extérieurs terminés, le projet s’étendra aux pièces intérieures du château.

Cette énergie sans limite, déployée par les propriétaires pour le sauvetage de Purnon, associée au savoir-faire d’experts du patrimoine, constituent ainsi le gage du respect de l’intégrité du château, qui a fait sa grandeur passée et fera son éclat aujourd’hui et demain. Un travail de longue haleine dont les générations futures seront à la fois les heureuses contemporaines et les garantes.

Le chantier de restauration du château de Purnon en images

La restauration du château de Purnon, chef d’œuvre du XVIIIe siècle

Le château de Purnon sélectionné par le Loto du patrimoine

Portée par l’animateur de radio et de télévision Stéphane Bern depuis 2017, la Mission Patrimoine a pour objectif d’identifier, sur tout le territoire, les édifices patrimoniaux en péril et de rechercher de nouvelles sources de financement pour les restaurer. Cette année, le château de Purnon est lauréat et bénéficiera du soutien du Loto du patrimoine. Cette nouvelle aide financière permettra la rénovation du reste de la toiture et de la façade, qui devrait être terminée d’ici la fin d’année prochaine.