La ministre de la Culture a appris avec tristesse la disparition de Florence Contenay, qui, tout au long d’une riche carrière, s’est engagée avec passion pour la qualité de l’architecture et l’importance du métier d’architecte.

Administrateur civil, elle a été une actrice majeure de la politique de l'architecture à laquelle elle a consacré l'ensemble de sa carrière.

Entrée au ministère des Affaires culturelles en 1965 en tant que cheffe de bureau de l'enseignement des beaux-arts et de l'architecture, elle y œuvre à la mise en place de la réforme de l'enseignement de l'architecture. Avec elle, l’enseignement de l’architecture entre dans le monde moderne et renouvelle sa pédagogie pour plus de créativité.

Florence Contenay poursuit sa carrière au commissariat général du Plan d'équipement et de la productivité. Elle revient ensuite au ministère de la Culture en tant que cheffe de bureau des maisons de la Culture puis cheffe de la division de la création architecturale à la direction de l'architecture. Elle initie alors les bases de la future loi de 1977 sur l'architecture et contribue à la mise en place des conseils d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (CAUE). La qualité du cadre de vie et la création architecturale deviennent d’intérêt public.

En 1978, elle intègre le ministère de l'environnement et du cadre de vie où les missions liées à l'architecture ont été transférées.

Directrice de l'Institut français d'architecture (IFA) de 1982 à 1988, elle devient ensuite, pour un an, sous-directrice de la promotion de l'architecture et des espaces protégés au ministère de l'Équipement avant d'occuper des postes de conseillère technique dans les cabinets des ministres Michel Delebarre et Louis Besson.

Nommée inspectrice générale de l'Équipement en 1996, elle rejoint en 1997, François Barré, au ministère de la Culture.

Alors qu'elle assure la présidence de l'IFA entre 2001 et 2004, elle est nommée cheffe de la mission de préfiguration de la Cité de l'architecture et du patrimoine (CAPA) pour engager la réflexion sur les contours du futur établissement aux côtés de Jean-Louis Cohen.

En 2003 elle entre à l'Académie d'architecture en tant que membre associé et rejoint en 2007 le comité d'histoire du ministère de la Culture.

Le ministère de la Culture perd un de ses grands serviteurs. Rima Abdul Malak adresse à sa famille, ses proches et anciens collègues et amis ses plus sincères condoléances.