Les jurés du Goncourt des lycéens ont fixé leur choix sur « Le Quatrième Mur », un récit poignant du journaliste et écrivain Sorj Chalandon, publié aux éditions Grasset. Je salue la maturité de ces jeunes lecteurs qui ont donné la préférence à une expérience vécue, âpre et douloureuse, celle de la guerre du Liban racontée par le narrateur - auteur.

J'adresse mes chaleureuses félicitations à Sorj Chalandon, journaliste à Libération puis au Canard Enchaîné, qui démontre une fois encore, après « Retour à Killybegs », Grand Prix du roman de l'Académie française en 2011, toute sa puissance de romancier. Les lecteurs du « Quatrième Mur » n'oublieront ni les insoutenables images de massacres dans les camps palestiniens, ni les moments de grâce apportées par la poésie d'Anouilh et de Victor Hugo.

Je souhaite à ce témoin vibrant de l'Histoire (IRA, Beyrouth, procès Barbie) qui sait si bien en peindre les couleurs, de poursuivre sa belle carrière littéraire.