L'Etat a financé à hauteur de 12 millions d'€ les actions de conservation et de valorisation de cet édifice majeur de l'art roman et gothique. Retour sur ces travaux et sur les campagnes à venir.

Les Restaurations depuis 1990

Dans les années 1990, certaines parties de l’édifice présentaient de graves désordres d’ordre structurel et d’étanchéité à l’eau, mettant en péril la bonne conservation de la cathédrale, mais aussi menaçant la sécurité du public à l’intérieur comme à l’extérieur du bâtiment : toitures défectueuses, voûtes du chœur instables, abats-sons en béton défectueux, grandes verrières du bras sud du transept très détériorées …....

C’est pourquoi, des travaux de restauration et de confortation de grande ampleur ont été menés ces 25 dernières années sous la direction successives d’architectes en chef des monuments historiques (H Baptiste, C. Schmuckle Mollard, M.S. De Ponthaud) et sous la maîtrise d’ouvrage du Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles des Pays de la Loire)

C’est ainsi que la plupart des couvertures ont été refaites à neuf : toitures de la nef, du chevet, des absidioles, des chapelles attenantes, de la sacristie et du déambulatoire .

Des interventions ont eu lieu aussi pour conforter les arcs-boutants. Le vitrail de la grande rose Nord a également été entièrement restauré.

A partir de 2000, des travaux de sauvetage des voûtes du chœur ont été lancés.

- La tour Sud, ainsi que la toiture du porche royal en 2006 ont été restaurées

- les verrières du bras sud du transept et le bas-côté nord en 2007-2009 ont été déposés et restaurées.

- Enfin, la charpente du beffroi et la remise à la volée des cloches en 2014.

Cette importante phase de conservation, restauration et confortation de la cathédrale a représenté un investissement financier de la part de l’Etat d’environ 12 000 000 € TTC financés à 100 %. Parallèlement , des travaux de maintenance, d’entretien et de mise en sécurité de la cathédrale ont été réalisés par l’Architecte des bâtiments de France, de façon à mettre aux normes tous les équipements pour le classement de l’édifice en établissement recevant du public.

Le beffroi ainsi que les cloches ont été restaurés en 2014 pour un montant de 150 000 € TTC . Ces travaux ont permis de remettre les 7 cloches à la volée, puisque celles-ci étaient muettes depuis 2000 en raison d’une solidarisation de la charpente du beffroi avec la maçonnerie de la tour.

Enfin, le vieil escalier en béton reliant la ville haute de la ville basse a été démoli et un escalier de secours a été aménagé au chevet de la cathédrale dans l’une des tours.

Aujourd’hui, en 2015, cette importante phase de travaux achevée, la cathédrale Saint-Julien est en « bonne santé » et l’enjeu majeur, pour les années à venir, sera de valoriser et d’ embellir l’édifice dans une 2ème phase de travaux.

Les opérations programmées 2015-2016

Les travaux qui suivent devraient contribuer pleinement à cette mise en valeur :

  • Le très bel orgue de tribune, dont le buffet a été classé le 29 Décembre 1906 (ou liste de 1862) et la partie instrumentale classée le 24 Août 1954 , très longtemps exposé aux poussières des différents travaux de restauration, va bénéficier d’une restauration intégrale, buffet et partie instrumentale, pour un montant total de 900 000 € TTC . Sa dernière restauration date d’il y a plus de 40 ans. Les travaux vont démarrer début Octobre pour une période de 2 ans. Ils seront dirigés par le technicien-conseil du Ministère de la culture pour les orgues, monsieur Roland Galtier. Le facteur d’orgues sera la manufacture Orgues-Giroud.
  • L’orgue de chœur a été relevé l’an passé afin que les concerts puissent avoir lieu en la cathédrale malgré le silence du grand orgue pendant ces 2 années de travaux. .Le montant s’est élevé à 12 000 €TTC.
  • Le portail royal Saint-Julien situé au sud , construit dans la première moitié du XIIème, s’ouvre dans l’axe principal de la cité médiévale, la grand’rue et non sur la façade occidentale de l’édifice comme le veut l’usage.Ce portail présente un programme iconographique complexe . Il illustre les 3 épisodes de la vie de l’humanité.Ce portail très riche, mais très encrassé, fait l’objet de toutes les attentions depuis Septembre 2015. Malgré une étude poussée réalisée en 2014, il a été nécessaire de prévoir une première phase de dépoussiérage et d’investigations complémentaires surveillée par Christophe AMIOT et Olivier ROLLAND, restaurateur spécialisé de sculptures et de polychromies. Ces compléments d’étude vont permettre à l’architecte en chef des monuments historiques de vérifier la présence ou non de polychromies, de déterminer le protocole définitif d’interventions et d’établir le dossier de consultation des entreprises.

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

    • Novembre 2015, Décembre 2015 : réalisation du PROJET définitif et dépôt de l’autorisation de travaux.
    • Janvier 2016 : lancement de l’appel d’offres pour le choix des entreprises.
    • Début Avril 2016, démarrage des travaux .

Le montant des travaux est estimé à 450 000 € TTC.

Parallèlement, une étude va être commandée pour la restauration des polychromies de la façade occidentale intérieure et extérieure, la polychromie du Cénotaphe des Beaumanoir-Froulay et celles du collatéral Nord. Cette opération de valorisation sera réalisée sous la maîtrise d’ouvrage de la conservation régionale des monuments historiques. Les fonds utilisés seront ceux qui ont été recueillis par la fondation du Patrimoine pour la restitution des pinacles du clocher de la cathédrale, lors des travaux de restauration du clocher en 2007.

Un budget de 1 350 000 € est d’ores et déjà réservé à ces nouvelles opérations.

Les futures opérations :

Enfin, des études seront lancées en 2017, pour la restauration des peintures de la chapelle de la Vierge, dite «  aux anges musiciens » et pour la réalisation du trésor de la cathédrale qui devrait être implanté dans la chapelle basse en contrebas du chevet de la cathédrale.

Ce dernier projet fait partie d’une valorisation des espaces extérieurs du chevet de la cathédrale. Après des fouilles archéologiques menées en 2015, un aménagement des jardins, la création d’un cheminement extérieur vers la salle du trésor et une mise en valeur des vestiges archéologiques découverts devraient voir le jour.