Le ministère de la Culture et de la Communication met en ligne un nouveau site multimédia sur le Phare de Cordouan. Le site retrace l'histoire de ce monument historique à travers 700 documents, et propose une visite interactive en 3D du monument à différentes périodes de son histoire, réalisée par Dassault Systèmes dans le cadre d'un mécénat technologique avec le ministère de la Culture et de la Communication. Explications du projet par Karine Guilbert, Experiential Marketing Senior chez Dassault Systèmes.

Pourquoi ce projet multimédia sur le phare de Cordouan vous a-t-il intéressé ?
 Karine Guilbert : Depuis 1981, la vocation de Dassault Systèmes, the 3DExperience company, est de fournir à divers secteurs industriels (automobile, aéronautique, biens de consommation, etc.) des logiciels de modélisation, de simulation et d'expérience 3D permettant de concevoir tous types de produits, de tester leur faisabilité, leur ergonomie, de prévoir leur cycle de vie. On peut ainsi évaluer le comportement sur route d'un nouveau modèle automobile, vérifier la résistance des matériaux utilisés en cas d'accident. Il est également possible de projeter les différentes étapes d'un chantier, afin de contrôler si tout s'enchaine correctement et de prévoir d'éventuels blocages... Ces mondes virtuels 3D, antichambres du réel, sont au cœur de l'innovation industrielle. C'est pour étendre les usages de ces technologies de pointe qu'a été créé le programme "Passion for Innovation", dont l'ambition est de mettre ces plateformes logiciels et le savoir-faire des équipes de Dassault Systèmes au service de la recherche, de l'éducation et de la culture dans le monde entier. C’est ainsi que sont nés des projets liés au patrimoine architectural comme : Khéops Renaissance, Giza 3D, Paris 3D, ou des projets liés à la préservation et à la transmission du patrimoine industriel. En tant qu’entreprise technologique française nous portons une attention particulière au patrimoine français. Le projet Phare de Cordouan est le premier projet que nous avons initié avec le ministère de la Culture et de la Communication sur ce thème. Reconstituer en 3D, dans sa version d’origine, le premier phare classé monument historique il y a plus de 150 ans était un défi symbolique que nous avons souhaité relever à travers ce projet.

Vous avez réalisé une application en 3D pour le site web. En quoi est-elle innovante ?
 K.G. : L’expérience 3D interactive que Dassault Systèmes a réalisé pour le site du ministère de la Culture et de la Communication permet non seulement de voir le phare à différentes époques, mais aussi de le visiter de façon interactive en agissant sur les différents éléments qui peuvent modifier son aspect et son éclairage, par exemple de jour ou de nuit, en cas de tempête etc.

Quelles expériences interactives va pouvoir vivre l'internaute ?
 K.G. : Grâce à cette application interactive disponible gratuitement sur internet dès le 22 novembre 2012 sur le site www.cordouan.culture.fr, le grand public peut se promener librement dans le passé, en temps réel, et explorer les différentes facettes du phare et de son environnement. Des modules pédagogiques sous forme de visites guidées offrent aux visiteurs la possibilité d’apprendre l’histoire et le fonctionnement de ce monument, avant de prendre la main et de le visiter librement en détail. Ainsi l’internaute pourra choisir de visiter le phare à différentes époques, soit en 1611, 1727, 1790, 1823 ou 2012, de jour ou de nuit, à marée basse ou haute ou pendant une tempête, et ainsi observer les différents systèmes d’éclairage qui se sont succédés au fil du temps.

Quelles sont les étapes qui ont permis sa réalisation ?
 K.G. : Nous avons utilisé différentes sources disponibles : plans et élévations, représentations picturales, textes, découvertes archéologiques. Chaque étape de la reconstitution a fait l’objet de rectifications puis de validations de la part des conseillers historiques. Nous avons ensuite rajouté le contenu éditorial fourni par le ministère et mis en scène des visites guidées sous forme de modules pédagogiques. Enfin l’interactivité donne vie au projet en permettant de visiter et d’agir sur les différents éléments (marées, météo, jour/nuit, époques) en temps réel.

Comment avez-vous travaillé avec les chercheurs ? Qu'est-ce que cet échange vous a apporté ?
 K.G. : Nos équipes ont travaillé avec le ministère de la Culture et de la Communication sous la supervision scientifique de M. Vincent Guigueno, chargé du patrimoine des phares au ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, avec l’aide d’historiens et experts scientifiques ayant étudié le phare et son environnement. Notre but était de reconstituer ce phare de plus 400 ans au plus proche de la vision des historiens. Chaque étape a donc fait l’objet d’aller-retour entre nos équipes et les historiens, et grâce à la 3D interactive, certains d’entre eux ont redécouvert le phare sous un nouveau jour : cette version inédite en 3D temps-réel a permis d’émettre de nouvelles hypothèses, de les visualiser et les tester. Ces étapes de validation nous ont permis de rester fidèle à la vision scientifique et même pour certains points de faire avancer la recherche pour permettre de réaliser des reconstitutions les plus proches possibles de la réalité.

Avez vous développé un nouveau logiciel ou vous êtes vous appuyé sur des technologies existantes ?
 K.G. : Nous nous sommes appuyés sur les technologies 3DVIA de Dassault Systèmes qui permettent de créer des expériences 3D riches disponibles sur de multi-supports. L’expérience sur internet n’est en effet qu’une des nombreuses façons de découvrir cette expérience.

Quelles autres utilisations peut on faire de cette visite en 3D ?
 K.G. : En dehors de la version disponible sur internet, l’expérience 3D interactive de reconstitution du phare de Cordouan peut être jouée sur différents dispositifs innovants. Par exemple si vous avez une télévision 3D, il est possible de voir cette expérience en relief. Les systèmes immersifs de réalité virtuelle permettent aussi de pénétrer dans le monde virtuel et à l’utilisateur de vivre une expérience multi-sensorielle inédite ; ce genre de dispositifs peut par exemple être mis en place dans les musées. Enfin, il existe déjà de nombreux systèmes tactiles dans les organismes culturels (musée, etc.) et cette même expérience peut être aussi diffusée sur ce type de système. Le Musée du Phare de Cordouan et des Phares et Balises est par exemple intéressé par l’installation de notre expérience 3D dans leur locaux du Verdon-sur-Mer.

Est ce la première réalisation de ce type que vous menez dans le domaine culturel ?
 K.G. : Nous avons, depuis 2007 mené de nombreux projets dans le domaine culturel. L’année 2012 a été une année particulièrement faste avec, par exemple,le lancement d’une plateforme dédiée à l’histoire du plateau de Gizeh en collaboration avec le Fine Art Museum de Boston, l’inauguration d’une salle de classe du futur avec l’université d’Harvard pour enseigner grâce à la réalité virtuelle l’égyptologie, ou encore la production d’un spectacle interactif et immersif dédié à l’histoire de Paris sur le Parvis de l’Hôtel de ville à Paris qui a accueilli plus de 15 000 personnes.