Gagner en ergonomie et permettre d’écrire plus facilement le français, les langues régionales et européennes : voilà le double objectif assigné à une norme d’application volontaire sur le clavier français, publiée ce jour par AFNOR.

La publication de la norme volontaire sur le clavier français sera présentée ce mardi 2 avril 2019 à l’Assemblée Nationale. Après une introduction rappelant le contexte et l’historique de la norme de clavier pour le français, les langues régionales et le plurilinguisme, deux tables rondes viendront éclairer d’une part les enjeux de politique linguistique et d’autre part les améliorations pour les usagers.

La norme volontaire propose deux modèles de claviers, offrant chacun les mêmes possibilités d’écriture, mais orientés vers des publics et des usages différents.

Un « azerty » optimisé

Le premier est un modèle d’azerty optimisé. Les 26 lettres de l’alphabet et les chiffres ne changent pas de place, contrairement à certains autres signes tels que certaines voyelles accentuées, l’arobase, la ponctuation, le croisillon, les symboles monétaires, les accolades…. Les utilisateurs intéressés pourront donc facilement intégrer ces évolutions. Pour découvrir en détail la disposition azerty amélioré, nous vous invitons à visiter le site internet norme-azerty.fr proposé par plusieurs experts de la commission de normalisation.

Le « bépo »

Le deuxième modèle proposé, dit « bépo », est quant à lui déjà couramment utilisé au sein d‘une communauté d’adeptes. Le projet a été l’occasion d’augmenter les possibilités offertes via les touches mortes, et n’ont pas d’impact sur les gravures de touches. Ce modèle est aujourd’hui reconnu comme proposant la disposition la plus ergonomique et efficace possible pour la saisie du français et d’autres langues à alphabet latin, mais aussi pour la programmation.