« Le sixième continent » une approche paysagère et sensible, dans le cadre du Centenaire de la Grande Guerre.
Invité par le Conseil Général de la Somme à réaliser une oeuvre dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre et de la commande publique avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Picardie, Gilles Clément a choisi par cette création de "conjurer la douleur".

Plus qu’une approche commémorative, Le sixième Continent illustre l’un des aspects de la première guerre mondiale : l’internationalité du conflit. La guerre est considérée comme un échec de la civilisation dont les conséquences sont vastes pour la société mais aussi pour le paysage et l’environnement. Gilles Clément propose ici un geste mémoriel, au sein d’un territoire dont le paysage marqué par la guerre, est un lieu de recueillement pour l’ensemble des pays impliqués dans ce conflit. Le sixième continent s’inscrit également dans le paysage de la Vallée de la Somme dont les méandres abritent marais, canaux et îlots de terre cultivés ou sauvages.

Une oeuvre en devenir, à découvrir dès le mois de juillet 2014

Croquis des jardins

Gilles Clément en collaboration avec Guillaume Morlans (Ingénieur paysagiste), a scénographié une île constitué de cinq reliefs et une deuxième plus petite, Le "sixième continent", émergeant des berges auparavant en friche de l’étang du Cam. Plantée d’espèces venues des cinq continents capables d’évoluer sur ce biome tempéré, cette première île est accessible par une passerelle depuis les berges. Sur "le sixième continent", vierge de toute plantation et seulement accessible en barque, les visiteurs seront invités à planter un arbuste, un bulbe, une vivace, originaire de leur pays. Un jardin issu du brassage planétaire sera ainsi créé, symbole de paix et de vie pour les générations actuelles et futures. Il se déploiera sur plusieurs années et arrivera à maturité en 2018. Dans la lignée du Jardin Planétaire, Gilles Clément invite ainsi à une réflexion environnementale et sociale dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre. Il propose avec ce jardin, une approche collaborative des hommes entre eux, et des hommes avec la nature, esquissant ainsi une alternative au risque de guerre.

.

Le 2 juillet 2014, inauguration officielle du Sixième continent

Le 2 juillet 2014, le Sixième Continent sera inauguré en présence d’Ambassadeurs de l’Unesco qui planteront symboliquement une plante de leur pays. Une rencontre-débat et des interventions artistiques et festives accompagneront ce lancement (programme détaillé à venir).

Rencontre-débat : La création contemporaine et la commande publique en lien avec la mémoire et le paysage

Le 2 juillet, une rencontre en présence de Gilles Clément permettra d’explorer les liens entre guerre, art & paysage et d’aborder le rôle de la création in situ en lien avec la commémoration dans le dispositif de la commande publique. Ce rendez-vous organisé par la Picardie sera modéré par Charlotte Fauve . Il rassemblera Denis Cheissoux (Journaliste et producteur de l’émission « CO2 Mon Amour »), Annette Becker (Professeure d'histoire contemporaine, spécialiste de l’histoire culturelle et des représentations, des liens entre les deux guerres mondiales), Fabien Locher (Directeur du Séminaire « Guerre & Environnement » à l’EHESS), Michel Georgieff de l’agence Coloco pour ses interventions sur le paysage dans des territoires en conflits, Gilles Tiberghien (Philosophe français, maître de conférences à l'Université de Paris I Panthéon - Sorbonne et auteur de nombreux ouvrages sur le land art et les liens entre art, nature & paysage), Colette Garraud (Historienne d'art, professeur des Ecoles nationales supérieures d'art, auteur d’ouvrages consacrés à la relation entre art contemporain, nature et paysage), Guy Tortosa (Critique d’art et inspecteur des enseignements et de la création artistique au Ministère de la Culture et de la Communication), et les artistes Estefania Penafiel Loaiiza et Guillaume Leblon, intervenus tous deux dans le cadre du dispositif de la commande publique. Si leurs partis pris esthétiques sont différents, leurs oeuvres parlent aussi de la douleur et de l'échec de la guerre, de la mort qu'elle engendre et de celle souvent oubliée des femmes.

Croquis
.

Un jardin en dialogue avec l’architecture d’Henri Ciriani

S’il s’agit d’un jardin de taille modeste, sa force symbolique prend tout son sens dans ce contexte et fait écho à l’Historial de la Grande Guerre. En effet le positionnement du jardin révèle totalement l’architecture néo moderniste du bâtiment dessiné par Henri Ciriani. Musée d'histoire abritant un fragment particulièrement tragique du passe collectif français et international, l'Historial de la Grande Guerre de Péronne est aussi une architecture contemporaine s'inscrivant avec force dans le patrimoine architectural. Ancré dans les ruines d'un château de la fin du XIIème siècle, construit au bord d'un étang, ce lieu se voulait, selon son auteur, une « promenade architecturale », une lente immersion dans la mémoire et dans l'architecture, un parcours symbolique de la guerre à la paix. Avec la création de Gilles Clément, cette expérience architecturale se prolonge et s’enrichit d’une dimension paysagère qui en la reflétant, l’ouvre sur la Ville de Péronne et le paysage alentour.

Vue du sixième continent

Dimensions de l’oeuvre : emprise du projet 2300m2, surface de l'archipel : 300m2, surface du sixième continent : 80m2

Liste des espèces : ARBRES ET ARBUSTES Acer saccharum (Amérique du Nord), Alnus glutinosa « Imperialis » (Europe), Betula papyrifera (Alaska), Betula utilis (Himalaya), Cornus nuttallii (Amérique du Nord), Cytisus battandieri (Atlas – Afrique du Nord),Daphne mezereum (Europe), Euonymus alatus (Chine), Euonymus sachalinensis (Asie), Fraxinus mariesii (Chine), Ilex aquifolium « Myrtifolia » (Europe), Nothofagus antarctica (Chili), Viburnum opulus (Europe) VIVACES Carex pendula (Europe), Equisetum Kamtschaticum (Asie), Gunnera manicata (Chili), Lysichiton Kamtschaticum (Asie) BULBES Crinum powellii (Afrique du Sud), Colchicum byzantinum (Turquie) Eucalyptus niphophila (Australie)

.

Gilles Clément

Ingénieur horticole, paysagiste, écrivain, jardinier, Gilles Clément a été enseignant à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage à Versailles (ENSP). En dehors de son activité de créateur de parcs, jardins, espaces publics et privés, il poursuit des travaux théoriques et pratiques à partir de trois axes de recherche: Le Jardin en Mouvement, Le Jardin Planétaire, Le Tiers-Paysage. Gilles Clément travaille avec des agences de paysagisme comme Coloco ou des professionnels du paysage indépendants comme Guillaume Morlans, ingénieur paysagiste et fondateur de l’agence ESKIS, qui est intervenu à ses côtés pour Le Sixième Continent. En Picardie, Gilles Clément a notamment conçu les jardins de l’Abbaye de Valloires.

Gilles Clément
.

La commande publique

Pour cette oeuvre de Gilles Clément, le Conseil Général de la Somme reçoit le soutien du ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre d’un dispositif partenarial qui se déroulera sur plusieurs années. Ce projet fera l’objet d’une médiation auprès des différents publics et auprès des professeurs et étudiants de l’Académie d’Amiens. La prochaine oeuvre sera produite en 2016. En accompagnant et en soutenant la commande publique d’oeuvres d'art, l’État, le Ministère de la Culture et de la Communication, affirme sa volonté d'accompagner ses partenaires (collectivités territoriales, établissements publics, en association, parfois, avec des partenaires prives), dans l’enrichissement du patrimoine national et du cadre de vie. Par la présence d’oeuvres d’art en dehors des seules institutions spécialisées dans le domaine de l’art contemporain, la commande publique permet la rencontre de la création contemporaine par le plus grand nombre. Elle vise aussi à donner aux artistes un outil leur permettant de réaliser des projets dont l’ampleur, les enjeux ou la dimension nécessitent des moyens inhabituels.

Quelques oeuvres produites dans le cadre de la commande publique :  

  • Matali Crasset « les Maisons sylvestres" (Lorraine),  Nils Udo « Le Radeau d’Automne » (Centre).
  • En lien avec le souvenir et la Grande Guerre : Ernest Pignon-Ernest « L’autre côté des arbres » (Picardie), Guillaume Leblon « Géologie de la Mémoire » (Auvergne), Christine Canetti « Notes de Guerres » (Nord-Pas-de-Calais), Alain Fleisher « Sous le regard des morts » (Nord-Pas-de-Calais), Haïm Kern « Ils n’ont pas choisi leur sépulture » (Ile de France, Picardie), Michel Quinejure « 4 artistes sur les traces de 14-18 » (film de 26’).
  • En Picardie : Stephan Balkenhol "La Femme à la robe verte", "L'Homme à la chemise rouge", "L'Homme sur sa bouée" (Amiens), Sol Lewitt "Wall drawing 711" (Musée de Picardie, Amiens), Alain Sechas "Triplechaton" (Centre culturel Le Safran, Amiens), Anthony Gormley "Passage" (Caumont), Yolanda Gutiérrez "Agualuna" (Amiens), Ayse Erkmen "Points de vue" (Amiens), Ernst Caramelle "Etoile du cirque" (Cirque Jules Verne, Amiens), Jean-Michel Othoniel "Les larmes de couleur" (Place du collège Arthur Rimbaud, Amiens), Anne Rochette "Pierres galantes" (Dives).

Lien internet vers le site du CNAP (Centre national des arts plastiques (pages de la commande publique)

.

Informations pratiques

Le site se trouve sur les berges de l’étang du Cam – Péronne - accès libre
Historial de Péronne 80201 Péronne cedex
Tél. : 03 22 83 14 18