La 7e Biennale de Quatuors à Cordes, organisée par la Philharmonie de Paris, sera l'occasion de plusieurs rendez-vous avec ProQuartet. Sous le signe de la création contemporaine, deux créations mondiales commandées aux compositeurs français Philippe Leroux et Philippe Manoury. L’œuvre "White Face" au compositeur Philippe Leroux et la pièce "Fragmenti" au compositeur Philippe Manoury. Ces deux œuvres seront respectivement créées par le Quatuor Béla vendredi 15 janvier à 19h en ouverture de la Biennale et par le célèbre Quatuor Arditti, le lundi 18 janvier à 20h30.

Philippe Leroux

Philippe Leroux ©Pierre Raimbault

Né le 24 septembre1959 à Boulogne sur Seine, Philippe Leroux entre en 1978 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans les classes d'Ivo Malec, Claude Ballif, Pierre Schäeffer et Guy Reibel où il obtient trois premiers prix. Durant cette période, il étudie également avec Olivier Messiaen, Franco Donatoni, Betsy Jolas, Jean-Claude Eloy et Iannis Xénakis.

Nommé pensionnaire à la Villa Médicis en 1993 où il séjourne jusqu'en octobre 1995, il est l'auteur d'une soixantaine d'œuvres, symphoniques, acousmatiques, vocales, pour dispositifs électroniques, et de musique de chambre. Celles-ci lui ont été commandées par le ministère de la Culture, l'Orchestre Philharmonique de Radio-France, la Südwestfunk Baden-Baden, l'IRCAM, Les Percussions de Strasbourg, l'Ensemble Intercontemporain, l'Ensemble Court-Circuit, l'Ensemble 2e2m, l'Ensemble Orchestral Contemporain, l'Ensemble Sillages, l'INA‐GRM, le Nouvel Ensemble Moderne  de Montreal, Sixtrum, l'Ensemble Ictus, le Festival Musica, l'ensemble BIT 20, la fondation Koussevitsky, l'Ensemble San Francisco Contemporary Music Players, l'ensemble Athelas, l'Orchestre National de Lorraine, l'Orchestre Philharmonique de Nice, le CIRM, INTEGRA, le Festival Berlioz, ainsi que par d'autres institutions françaises et étrangères.

Ses œuvres sont jouées et diffusées en France et à l'étranger : Festival de Donaueschingen, Festival Présences de Radio-France, Festival Agora, Biennale de Venise, Festival de Bath, Festival Musica, Journées de l'ISCM de Stokholm, Festival MNM de Montréal, Festival Musiques en Scènes de Lyon, Festival Manca, Festival de Bergen, Festival Ultima d'Oslo, Tage für Neue Musik de Zürich, BBC Symphony Orchestra, Tonhalle Orchester Zürich, BBC Scottish Symphony Orchestra, Philharmonia Orchestra, Philharmonie Tchèque, Orchestre Philharmonique de Lorraine. Il reçoit de nombreux prix : prix Hervé Dugardin, prix de"la meilleure création musicale contemporaine del'année 1996" pour son œuvre "(d')ALLER", prix SACEM des compositeurs, prix André Caplet et Nadia et Lili Boulanger de l'Académie des Beaux‐Arts de l'Institut de France, prix Paul et Mica Salabert pour son oeuvre Apocalypsis, et le prix Arthur Honegger de la Fondation de France pour l'ensemble de son œuvre. Il publie de nombreux articles sur la musique contemporaine, donne conférences et cours de composition dans des lieux tels que l'Université de Berkeley Californie, Harvard, la Grieg Academie de Bergen, l'Université de Columbia à New‐York, le Conservatoire Royal de Copenhague, l'Université de Toronto, la Fondation Royaumont, l'IRCAM, le Conservatoire américain de Fontainebleau, les Conservatoires Nationaux supérieurs de Musique de Paris et de Lyon, le domaine Forget au Québec, Georgia Institute of Technology à Atlanta…

De 2001 à 2006, il enseigne la composition à l'IRCAM dans le cadre du cursus d'informatique musicale. En 2005 et 2006, il est également professeur à l'université McGill de Montréal dans le cadre de la Fondation Langlois. De 2007 à 2009, il a été en résidence à l'Arsenal de Metz et à l'Orchestre National de Lorraine, puis de 2009 à 2011, professeur invité à l'Université de Montréal (UdeM). Depuis septembre 2011, il est professeur de composition agrégé à la Schulich School of Music de l'université McGill. Il est actuellement compositeur en résidence à l'Ensemble MEITAR de Tel‐Aviv.

Philippe Manoury

Manoury © Pauline de Mitt

Né en 1952 à Tulle, Philippe Manoury commence la musique vers l’âge de 9 ans. Au moment de ses études de piano avec Pierre Sancan, il présente ses premières compositions à  Gérard Condé qui le présente à Max Deutsch, qui fût l’élève d’Arnold Schœnberg à Vienne au début du XXème siècle. Il suit ses cours à l’École Normale de Musique de Paris où il travaille également l’harmonie et le contrepoint. Il étudie parallèlement l’écriture avec Philippe Drogoz, ainsi que l’analyse musicale avec Yves-Marie Pasquet. Il continue ses études au CNSM de Paris où il emporte le premier prix de composition dans la classe d’Ivo Malec et de Michel Philippot et un premier prix d’analyse chez Claude Ballif. Depuis l’âge de 19 ans, Philippe Manoury participe régulièrement aux principaux festivals et concerts de musique contemporaine (Royan, La Rochelle, Donaueschingen, Londres…), mais c’est la création de Cryptophonos par le pianiste Claude Helffer au Festival de Metz qui le fera connaître au public. En 1978, il s’installe au Brésil et y donne des cours et des conférences sur la musique contemporaine dans différentes universités (Sao Paulo, Brasilia, Rio de Janeiro, Salvador). En 1981, de retour en France, il est invité à l’IRCAM en qualité de chercheur. Depuis cette époque, il ne cessera de participer, en tant que compositeur ou professeur, aux activités de cet Institut. Il y développe, en collaboration avec le mathématicien Miller Puckette, des recherches dans le domaine de l’interaction en temps-réel entre les instruments acoustiques et les nouvelles technologies liées à l’informatique musicale.

De ces travaux naîtra un cycle de pièces interactives pour différents instruments : "Sonvs ex machina" incluant" Jupiter, Pluton, La Partition du Ciel et de l’Enfer et Neptune".

De 1983 à 1987, Philippe Manoury est responsable de la pédagogie au sein de l’Ensemble InterContemporain. Il est professeur de composition et de musique électronique au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, de 1987 à 1997. De 1995 à 2001, il est compositeur en résidence à l’Orchestre de Paris. De 1998 à 2000, il est responsable de l’Académie Européenne de Musique du Festival d’Aix-en-Provence. Il a également animé de nombreux séminaires de composition en France et à l’étranger (Etats-Unis, Japon, Finlande, Suède, République Tchèque, Canada). Entre 2001 et 2003, Philippe Manoury est compositeur en résidence à la Scène nationale d’Orléans. Il vient d’achever une résidence de 3 mois à Kyoto où il s’est initié aux musiques traditionnelles japonaises.

Philippe Manoury a obtenu le Grand Prix de composition de la Ville de Paris 1998. La SACEM lui a décerné le prix de la musique de chambre en 1976, le prix de la meilleure réalisation musicale pour Jupiter en 1988 et le Grand Prix de la musique symphonique en 1999. Son opéra, K…, s’est vu décerner en 2001 le Grand Prix de la SACD, le Prix de la critique musicale et, en 2002, le Prix Pierre Ier de Monaco. Parmi ses récentes créations, on peut citer : "Terra Ignota" (pour piano et orchestre en Février 2008 à Paris), Partita I (pour alto et électronique 2007) Synapse (concerto pour violon et orchestre 2009), ainsi que deux quatuors à cordes : "Stringendo" (2010) et "Tensio" (quatuor avec électronique, 2010).

Le musicien prépare actuellement "Echo-daimónon", un concerto pour piano, électronique et orchestre commandé par l’Orchestre de Paris et qui sera créé en Juin 2012 à Paris ainsi qu’une nouvelle œuvre scénique et musicale, sans chanteurs, pour l’Opéra Comique avec Jérôme Deschamps.

Depuis l’automne 2004, Philippe Manoury partage son temps entre l’Europe et les Etats-Unis, où il enseigne la composition à l’Université de Californie de San Diego.Les œuvres de Philippe Manoury sont publiées au sein du groupe Universal par les Editions Durand. L’ensemble de ses écrits est disponible sur son blog philippemanoury.com.