L'inscription des parcs et jardins souhaitant participer à la dix-neuvième édition des "Rendez-vous aux jardins" dans le Grand Est est ouverte. La manifestation, organisée par le ministère de la Culture, se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 juin 2022, sur le thème "Les jardins face au changement climatique".


La manifestation a pour objectif de valoriser la richesse et la variété des jardins, de favoriser les échanges entres les acteurs du jardin et le public et de sensibiliser les visiteurs aux actions mises en œuvre pour faire connaître, conserver, restaurer, créer des jardins, transmettre des savoir-faire et former des jardiniers et jardiniers d'art.

Modalités d'inscription 2022 des participants aux "Rendez-vous aux jardins"

Vous disposez d'un jardin et souhaitez l'ouvrir en 2022, découvrez les conditions de participation :

- le jardin, historique ou contemporain, doit avoir un intérêt esthétique, architectural, paysager, botanique... ;
- il doit être entretenu ;
- l'accueil du public doit être assuré dans les meilleures conditions. Il est souhaité :
> la présence du propriétaire, du jardinier, ou d'un accompagnateur ;
> l'organisation de visites guidées et/ou la mise à disposition de supports d'aide à la visite.
- l'accès du jardin à des tarifs préférentiels et l'organisation d'animations exceptionnelles sont préconisés ;
- la gratuité doit être privilégiée pour les moins de 18 ans, notamment le vendredi (journée plus particulièrement dédiée aux scolaires).

Consignes sanitaires "Covid-19"

La manifestation est organisée dans le respect des consignes sanitaires en vigueur. 
En savoir plus sur:  Info Coronavirus Covid-19 - gouvernement.fr

Inscription en ligne

Un site dédié permet aux participants de s'inscrire directement en ligne : renseignez le(s) événement(s) que vous organisez dans l'agenda régional en ligne "Openagenda", ces événements seront soumis à la coordination régionale de l'opération avant publication.

Attention : Vous êtes responsables des contenus que vous diffusez dans l'agenda. Vous devez notamment vous assurer d'avoir libéré les droits des images car celles-ci pourront être réutilisées par des tiers.

Communication

Il est important de s'inscrire en amont afin de bénéficier des outils de communication.

1/ Pour figurer sur le site internet national de la manifestation : inscription possible jusqu'à la veille de la manifestation
2/ Pour figurer sur le programme numérique régional : inscription jusqu'au 15 avril 2022

Afin que vos manifestations soient répertoriées dans la brochure numérique régionale, vous devez renseigner Open agenda avant le 15 avril 2022.

Le programme numérique de la région Grand Est sera disponible sur le site internet national et sur le site de la DRAC Grand Est : https://rendezvousauxjardins.culture.gouv.fr

3/ Pour bénéficier d'affiches :
- commande en ligne avant le 15 mars 2022 : collectivités locales
- commande en ligne avant le 23 mars 2022 : propriétaires privés

A noter, la diffusion des affiches sur site débutera à partir du 25 avril 2022.

Commandes d'affiches

La commande de matériel se fait également en ligne, dans un deuxième temps, après votre inscription, avant le 15 mars (collectivités) ou le 23 mars (propriétaires privés).

Des affiches (80X120 cm ; 40x60 cm ; 29,7x42 cm ; 21x29,7 cm) sont disponibles gratuitement (dans la limite des quantités disponibles).

Contacts

Pour toutes questions sur la manifestation et l'inscription en ligne :

Alice Fey, correspondante jardins 
Direction régionale des affaires culturelles Grand EstSite de Metz
Alice.fey[@]culture.gouv.fr

             

Thème 2022 « Les jardins face au changement climatique »

Argumentaire

Depuis une vingtaine d’années, chacun a pu constater l’évolution du climat et de ses effets parfois désastreux sur les parcs et jardins à plus ou moins long terme. La prise de conscience en France pour les gestionnaires et propriétaires de jardins date des tempêtes Lothar et Martin en 1999 et Xynthia en 2001 qui ont provoqué d’importants dégâts. À la suite des épisodes caniculaires depuis 2003, et des récentes inondations en France, en Belgique et en Allemagne, la prise de conscience de ce dérèglement s’est généralisée, rejoignant le constat – au niveau planétaire – du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Depuis l’Antiquité des accidents climatiques sont observés. Le philosophe naturaliste Théophraste le constatait, dès 310 avant Jésus Christ, dans son essai intitulé « les vents ».
Des études sur la reconstitution des peuplements forestiers, depuis le Moyen Âge jusqu’à aujourd’hui, réalisées à l’aide des registres de martelage des arbres en forêt, montrent une similitude entre le dépérissement des arbres durant le petit âge glaciaire du XVIIIe siècle et celui observé actuellement. Ainsi, durant l’hiver 1709, les arbres « explosaient » en forêt en raison des amplitudes thermiques trop importantes (plus de 20° d’écart entre le jour et la nuit).

Aujourd’hui, le changement climatique est planétaire. Les zones tropicales diminuent alors que les zones arides augmentent, la fréquence et l’intensité des pluies évoluent : les arbres perdent leur feuillage beaucoup plus tôt dans la saison, quelquefois dès le printemps. Les changements de saisons dans les zones de climat tempéré sont plus rapides, après les perce-neige les floraisons se produisent sur des périodes très courtes, les tulipes fleurissent en même temps que les pivoines.

Les phénomènes climatiques extrêmes sont de plus en plus fréquents : sécheresse persistante, jours et nuits de canicule (plus de 25 C°) en augmentation, tempêtes et pluies torrentielles récurrentes provoquant la mort des arbres les moins bien adaptés à leur station, la chute de grosses branches ainsi que le ravinement des talus et des chemins.

Les diagnostics phytosanitaires dans les parcs et jardins montrent que les anomalies constatées au niveau des températures saisonnières ont des effets directs sur les végétaux comme le débourrement (éclosion des bourgeons) trop précoce ou le blocage du développement à cause de gel tardif. Stressées, les plantes deviennent plus vulnérables aux attaques d’agents pathogènes : chenille processionnaire du pin, papillon palmivore, pyrale du buis, scolytes, hanneton forestier, etc.

Compte tenu de l’évolution du climat, les professionnels des jardins et de l’horticulture modifient substantiellement leurs pratiques : tontes plus fréquentes, régénération des pelouses, adaptation des fleurissements, recharge des allées, élimination des branches tombées au sol après des vents violents, abattage des arbres morts à la suite de canicules récurrentes, etc.

Face au changement climatique, les pépiniéristes identifient des essences résistantes et les mettent en culture. Pour limiter les tailles ultérieures stressantes pour les arbres, ils veillent à développer leur port naturel car les végétaux sont ainsi plus résistants et plus résilients. Ils délaissent les essences qui sont difficiles à cultiver et à conserver pour développer des sujets plus adaptés modifiant ainsi la palette végétale.

Pour ne citer que quelques effets concrets du changement climatique sur le quotidien, les professionnels et propriétaires de parcs et jardins s’emploient à favoriser la régénération naturelle des arbres, économiser l’eau, stocker ou canaliser l’eau issue de pluies torrentielles, assurer une veille sanitaire de chaque instant, être attentif aux systèmes racinaires du patrimoine arboré et aux parasites du sol, inventorier et protéger la faune et la flore menacées par ces changements.

Dans les villes où les parcs et jardins aident à lutter contre les îlots de chaleur, les gestionnaires mettent en place des programmes de végétalisation (planter des forêts urbaines, créer de nouveaux espaces verts, végétaliser les cours de récréation des écoles, etc.). Dans les parcs et jardins publics, ils adaptent les usages les laissant ouverts durant les nuits caniculaires, ou les fermant pendant les épisodes venteux.

Compte tenu de cette évolution inéluctable, il est nécessaire d'adapter la gestion, l’entretien et la composition des jardins afin qu’ils demeurent des lieux accueillants, apaisants et réconfortants pour le plus grand nombre.  

Marie-Hélène Bénetière, direction générale des patrimoines et de l’architecture / Ministère de la Culture

Les Rendez-vous aux jardins sont organisés par le ministère de la Culture
et mis en œuvre par les directions régionales des Affaires culturelles.

Cette manifestation bénéficie de partenariats : Val’hor, RATP, Centre des monuments nationaux (CMN), Association des maires de France (AMF), L’Ami des jardins, Le Figaro, Gulli, Arte, France Télévisions, France Médias Monde, Science & Vie TV, 20minutes.fr, Autoroute info 107.7, Radio Vinci Autoroute 107.7, Radio Sanef 107.7, Groupe Sanef, Phenix Stories, Comité des parcs et jardins de France (CPJF), la Demeure historique, les Vieilles maisons françaises, l’Association des journalistes du jardin et de l’horticulture (AJJH). Parmi les nombreux soutiens : les collectivités territoriales, les Villes et pays d’art et d’histoire (VPAH), les Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE).

Site internet de la manifestation

RDVJ_2022_A4_HD_©.jpg