Moins connue que celle de Verdun, la bataille du Chemin des Dames, qui s’est déroulée entre avril et octobre 1917, a durablement marqué les esprits, notamment dans le département de l’Aisne. A l’occasion de la commémoration présidée, le 16 avril, par le chef de l’État, retour sur la mémoire d’un échec militaire sanglant avec les Archives départementales de l’Aisne et plusieurs classes de collégiens axonais.

« L’histoire du département est aussi une histoire de conflits », indique d’emblée le site des Archives départementales de l’Aisne. Le territoire est en effet une voie naturelle d’invasion, où le sort de la France s’est joué plusieurs reprises : la ville de Saint Quentin y capitule face aux Espagnols en 1557, les batailles de Craonne et de Laon y font rage contre la Prusse en 1814 et, en 1914, la bataille de Guise marque le renouveau d’une vague d’affrontements qui déchirera le territoire entre forces françaises et allemandes. Dans la lignée de cette longue série de conflits, l’offensive du 16 avril 1917 tient une place à part. Les traces de cette violente bataille, dont le bilan cumulé est estimé à 350 000 victimes tous camps confondus, restent visibles le long de la route du Chemin des Dames et font de cette dernière un lieu de mémoire majeur du front d’Europe de l’Ouest.

Revenir sur le Chemin des Dames, ce n'est pas seulement regarder un passé qui nous étreint, c'est aussi se tourner vers nos responsabilités d'aujourd'hui (François Hollande)

Trésors iconographiques des Archives départementales de l’Aisne

C’est bien cette mémoire que les Archives départementales de l’Aisne entendent faire revivre en sélectionnant dans leur fonds 14-18 trente photographies d’exception, prises entre avril et septembre 1917. Ce remarquable patrimoine archivistique, qui ne représente qu’une infime parcelle des 22 kilomètres de documents conservés par l’institution, a été numérisé à l’occasion du centenaire de la Bataille du Chemin des Dames.

Par son biais, le public entre de plain-pied dans le vécu des Poilus au cours des mois qui ont suivi la tristement célèbre « offensive Nivelle » : postes de premiers secours et ravitaillement au milieu des ruines du village de Craonne, interrogatoire de prisonniers, panorama topographique de la vallée de l’Aisne réalisés en vue de préparer les tirs d’artillerie, champ de bataille dévasté et corps sans vie… Les clichés, parfois accompagnés de légendes d’époque, donnent à voir la glaçante réalité de la guerre dans ce qu’elle a de plus quotidien.

Des collégiens entretiennent la mémoire du Chemin des Dames

En rédigeant un journal sur cette célèbre bataille de la Grande Guerre, les élèves du collège Léopold Sedar Senghor, à Corbeny (Aisne), ont eux aussi participé activement aux commémorations qui touchent de près la singulière histoire de leur département. Après recherches et écritures, près de 70 collégiens ont ainsi publiés une soixantaine d’articles répartis sur trois numéros qui abordent le quotidien des soldats dans les tranchées, le parcours de martyrs et de fusillés mais aussi la vie des civils à l’arrière – femmes, infirmiers, pompiers… L’histoire des villages, entre ruines, cimetières et monuments aux morts est également dépeinte.

Pour réaliser cet important travail de documentation, les élèves de Corbeny ont arpenté la route du Chemin des Dames pour s’imprégner des conditions de vie des forces militaires et civiles en 1917 et participé à la représentation de deux pièces de théâtres (« 1914 »,  « Carnets de guerre ») crées par la Compagnie Nomades. Fruit d’un enseignement pédagogique inter-disciplinaire (Histoire-Géographie, Technologie et Lettres Modernes) et inter-niveaux (classes de 4e et 3e) le projet a incité les collégiens à s’approprier cet épisode historique en faisant preuve d’autonomie. Ces derniers ont ainsi pris l’initiative d’enquêter sur la vie de leur commune, de participer aux commémorations locales et de préparer les interviews de personnalité ou d’artistes locaux tout en prenant ensuite en charge l’éditorial, la gestion des rubriques ainsi que la mise en page des numéros.

Commémoration : l'agenda des cérémonies officielles du Chemin des Dames

La journée de mémoire proposée par le département de l’Aisne en hommage à tous les morts, blessés et disparus de la Grande Guerre commencera par une marche. Celle-ci partira de Craonne à 5h45, soit l’heure à laquelle les combattants français partirent à l’assaut cent ans plus tôt, avant de se diriger vers le plateau de Californie, à l’emplacement où se trouvait la sculpture d’Haïm Kern « Il n’ont pas choisi leur sépulture ». Une nouvelle œuvre de l’artiste sera inaugurée pour l’occasion sur le site de la Caverne du dragon. Présidée par François Hollande, la cérémonie officielle se déroulera ensuite à Cerny-en-Laonnois, haut lieu de mémoire traditionnel de la bataille, où un hommage solennel sera rendu aux soldats des différentes nations ayant combattu sur le Chemin des Dames. L’illumination du cimetière militaire de Craonnelle, prévue en soirée, marquera la fin de ce cycle commémoratif.