Le 10 décembre, Frédéric Mitterrand a assisté à la remise du portrait du Comte Mathieu-Louis Molé par Jean-Auguste-Dominique Ingres, acquis par l’État pour le musée du Louvre à Paris.

Trois portraits, trois chefs-d’œuvre. Le portrait du Comte Mathieu-Louis Molé par Jean-Auguste-Dominique Ingres, acquis par l’État pour le musée du Louvre à Paris est demeurée plus d’un siècle et demi dans la famille du Comte Molé. Il s’agit de l’avant-dernier portrait d’Ingres de cette qualité appartenant à des personnes privées. Il rejoint les deux autres grands portraits masculins d’Ingres peints sous Louis-Philippe et présents au Louvre, Monsieur Bertin et le duc d’Orléans.
Après avoir reçu en 1832 la commande du portrait d’un de ses amis, le patron de presse Louis-François Bertin, (tableau acquis par le Louvre en 1897), Ingres immortalise une dizaine d’années plus tard l’héritier du trône, le duc d’Orléans, quelques semaines seulement avant son décès accidentel en 1842. Le portrait du Duc est entré dans les collections nationales en 2005. Entre ces deux chefs d’œuvre, Ingres en avait peint un autre, en 1834 : celui de Mathieu Molé (1781-1855).

Mathieu Molé. Né dans une famille de magistrats parisiens illustres depuis la Fronde et persécutée sous la Révolution (son père fut guillotiné en 1794), Mathieu Molé fut Auditeur au Conseil d’Etat en 1806, puis préfet du département de Côte d’Or. En 1809, il est directeur général des Ponts et Chaussées et, en 1813, à 32 ans, ministre de la Justice. Louis XVIII le fait Pair de France avant de le nommer en 1817 ministre de la Marine et de le charger de la surveillance des Affaires religieuses.
Après une parenthèse sous Charles X, Molé atteint l’apogée de sa carrière avec l’avènement de Louis-Philippe. Il devient ministre des Affaires étrangères, puis président du Conseil en 1836, fonction qu’il occupa jusqu’en 1839. Il prend sa retraite de la politique après le coup d’Etat du futur Napoléon III. Elu à l’Académie française en 1840, il avait siégé comme député à l’Assemblée constituante de 1848.

Acquis grâce au mécénat. Cette acquisition a été rendue possible grâce aux dispositions fiscales de la loi du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations. Ces dispositions complètent celles de la loi du 4 janvier 2002 relative aux musées de France. Elles créent des conditions favorables à l’entrée dans les collections publiques, grâce au mécénat d’entreprise, d’œuvres reconnues trésor national par la commission consultative des trésors nationaux.
L’acquisition du portrait du Comte Mathieu-Louis Molé a bénéficié du concours de plusieurs généreux partenaires. Afin de compléter les crédits propres mobilisés par le Musée du Louvre à une hauteur très importante et par le Fonds du Patrimoine du ministère de la Culture et de la Communication, les sociétés Eiffage, Mazars, la Banque de France et un donateur anonyme ont contribué à l’acquisition du tableau. La Société des Amis du Louvre a également participé de manière exceptionnelle à cette opération.