Le 8 mars, Frédéric Mitterrand a remis le Prix Raymond Devos de la langue française au comédien Guillaume Gallienne.

Le Prix Raymond Devos. Il a été créé en 2003, à l’occasion de la Semaine de la langue française et de la francophonie, afin de « récompenser un artiste (auteur, comédien, chansonnier, parolier ou poète) dont l’œuvre ou l’action contribue au progrès de la langue française, à son rayonnement et à sa promotion ». Le prix n’avait plus été décerné depuis le décès de Raymond Devos, figure fondatrice et membre du jury, en 2006. Il le fut de nouveau à partir de 2009, sous l’impulsion de Frédéric Mitterrand.
Les précédents lauréats ont été Fellag (2003), Jean-Loup Dabadie (2004), les Frères Taloche (2005), Pierre Palmade (2006), François Rollin (2010) et Vincent Roca (2011).
Le 8 mars, après avoir lancé dans la matinée l’édition 2012 de la Semaine de la langue française et de la Francophonie, Frédéric Mitterrand a remis le Prix Raymond Devos de la langue française au comédien Guillaume Gallienne. 

Le lauréat. Guillaume Gallienne est comédien, auteur et metteur en scène. Il sort du Conservatoire national en 1998 (classes de Dominique Valadié, Stéphane Braunschweig, Daniel Mesguich) pour intégrer la Comédie-Française et devenir en 2005 son 513ème sociétaire.
En 2010, il a reçu le Molière de la Révélation pour son spectacle Les garçons et Guillaume, à table !, mise en scène Claude Mathieu. En 2011, encore un Molière, celui du meilleur comédien dans un second rôle dans Un fil à la patte, de Georges Feydeau, mise en scène par Jérôme Deschamps.
Jusqu’au 12 mars 2012, on peut voir Guillaume Gallienne jouer dans La trilogie de la villégiature de Carlo Goldoni mise en scène d'Alain Françon (Théâtre Ephémère, Comédie Française, Paris). On le retrouve aussi tous les samedis dans Ça peut pas faire de mal, Emission de lectures sur France Inter (18h10 à 19h) réalisée par Xavier Pestuggia.