Le 23 novembre, Frédéric Mitterrand a remis les insignes d’Officier de l'ordre des Arts et des Lettres à Richard Anthony, de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres à Danièle Gilbert, de Chevalier de l'ordre national du Mérite à Luc Barnier et Hervé de Luze.

Richard Anthony. En 1958, Richard Anthony, né Richard Btesh entame des études de droit et y met fin bien vite en découvrant la musique d’outre-Atlantique. Il se lance dans la chanson en adaptant « You are my Destiny » de Paul Anka et « 'Peggy Sue » de Buddy Holly. A partir de 1962, les tubes vont s’enchaîner : « J'entends siffler le train », « Amoureux de ma femme », « A Présent tu peux t'en aller », «Aranjuez»… En 1978 il s'installe à Los Angeles pour y produire des artistes américains chantant en français. En 1993, il édite trois compilations de ses chansons. En 1996, il retourne en studio pour enregistrer une vingtaine de chansons en français, anglais et espagnol. Richard Anthony a fêté en 1999 ses quarante ans de carrière au Zénith de Paris. Depuis 2006, il retrouve chaque année son public, toujours aussi fidèle, en participant aux tournées «Âge tendre et Têtes de bois».

Danièle Gilbert. Née en Auvergne, elle fait ses premiers pas à la télévision en 1967 comme speakerine à la station régionale de l'O.R.T.F. de Clermont-Ferrand. Danièle Gilbert va très vite devenir l’une des figures les plus populaires du paysage audiovisuel français en animant les émissions « Midi-Magazine » (1969-1975) puis « Midi-Premièr »e (1975-1981). Ses très nombreux admirateurs la retrouveront quelque vingt ans plus tard sur TF1 où elle participe à « La Ferme Célébrité »s. En 2010, elle présentait le « Hit Parade », spectacle créé par l’auteur-compositeur-interprète Renaud Siry autour des tubes de la variété française des années 70 aux années 90.
Danièle Gilbert a également évoqué sa longue carrière dans trois ouvrages : « Je reviendrai » (1984), « S'il vous plaît, Monsieur le Président » (1996), « La-grandeduduche.fr » (2007).

Hervé de Luze. Monteur, récompensé trois fois aux Césars (neuf nominations), nommé à l'Oscar du meilleur montage pour son travail sur « Le Pianiste », Hervé de Luze est le monteur le plus souvent sollicité par Roman Polanski (depuis « Tess » en 1979), Claude Berri (dont « Tchao Pantin », « Manon des Sources » et « Germinal ») et Alain Resnais (« On connaît la chanson », « Pas sur la bouche, Cœurs »).
Il fut aussi le monteur du dernier film de Maurice Pialat (« Le Garçu »). Il a travaillé pour les cinéastes de la jeune génération comme Arnaud Desplechin et Bruno Podalydes. Il a contribué au succès de comédies comme « Le Goût des autres », « Astérix et Obélix contre César » ou « Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ ».

Luc Barnier. Comme Hervé de Luze, il est monteur mais également co-réalisateur en 1978, avec Alain Lasfargues d’un documentaire, « Les Oiseaux de nuit ».
Il a entamé une collaboration ininterrompue avec Olivier Assayas depuis 1982 avec le court-métrage « Laissé inachevé à Tokyo », en passant par « Clean », « Paris , je t’aime » jusqu’à « Après mai ». Il travaille aussi régulièrement avec Benoît Jacquot, Anne Fontaine et Gabriel Aghion. Il a été nommé, avec Françoise Bonnot, en 1999 au César du meilleur montage pour « Place Vendôme » de Nicole Garcia. En 2008, il travaille sur le montage de « Bienvenue chez les Ch'tis » réalisé par Dany Boon. Luc Barnier a été le monteur des deux films réalisés par Frédéric Mitterrand, « Lettres d’amour de Somalie » et « Madame Butterfly ».