La commune de Saint Nazaire a engagé la construction d’un bâtiment multiculturel comprenant une médiathèque, une salle d’action culturelle et une école de musique. L'inauguration a eu lieu le 11 mars en présence des services de l'Etat.

Un projet culturel scientifique municipal à vocation régionale

Après avoir réalisé des aménagements pour la jeunesse (agrandissement de l’école maternelle et du restaurant scolaire, construction d’un centre de loisirs), la municipalité de Saint-Nazaire a souhaité développer une offre de services culturels modernisée et attractive.  

Elle a conçu un Projet Culturel Scientifique Éducatif et Social (PSCES) original pour se doter d’un établissement multiculturel de qualité, qui puisse desservir à la fois une population toujours plus nombreuse, aux pratiques culturelles renouvelées, et constituer un pôle de ressource scientifique (à proximité de l’étang de Canet Saint-Nazaire, patrimoine naturel remarquable multi-classé : Natura 2000,  Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique, Zone d’Importance pour la Conservation des Oiseaux).

La construction de ce nouveau bâtiment permet donc à Saint-Nazaire de se doter d’un pôle culturel de rencontre multi-activités en cœur de ville, où toute la population peut se retrouver à la médiathèque, autour d’un spectacle ou d’un atelier (salle d’action culturelle), ou à l’école musique.

La commune ambitionne aussi de développer le rayonnement scientifique de son centre de ressources stagnustre (relatif aux étangs) à un niveau régional, voire davantage (notamment grâce aux fonds documentaires de la médiathèque portant sur l’étang, la faune, l’environnement, et l’hydraulique ; et grâce au développement de ses partenariats scientifiques : laboratoire de recherche de l’Université de Perpignan, associations de protection de l’environnement).  

Les enjeux du projet de la médiathèque publique

Avec cette nouvelle médiathèque, la ville de Saint-Nazaire transforme son offre de lecture publique : son point-lecture cède la place à une médiathèque moderne à la hauteur des attentes actuelles des publics, et en particulier des plus jeunes. Elle offre ainsi une surface d’accueil multipliée par 5, un accueil professionnalisé, des collections diversifiées et accrues (le budget d’acquisition a été multiplié par 13), et des horaires d’ouverture particulièrement élargis (x 4).

Cette mise aux normes lui permet d’accueillir plus largement ses visiteurs, dont les personnes en situation de handicap, et de proposer ainsi un accès pleinement égalitaire à la culture, à la connaissance, aux loisirs, à l’information et aux sciences. Le nombre des nouvelles inscriptions enregistré depuis son ouverture, le 19 janvier, témoigne déjà de l’élargissement des bénéficiaires à l’œuvre.

La nouvelle offre proposée aux habitants de la commune, du bassin de vie, de Perpignan Méditerranée Métropole, et aux scientifiques, répond à 3 objectifs principaux :  

  • Un nouvel espace convivial et confortable, favorisant les rencontres et le partage intergénérationnel en centre-ville (salle d’activités culturelles, mobilier accueillant, ouverture le week-end),
  • Des collections et des services renouvelés, de qualité, pour tous les publics (BD, DVD, salle informatique, formations, wifi, ordinateurs à disposition du public, jeux vidéo)
  • Un pôle de référence spécialisé dans les sciences stagnustres au sein du réseau des médiathèques de Perpignan Méditerranée Métropole, à destination des scientifiques et de la population (pour accroître les connaissances et sensibiliser à cette richesse patrimoniale et à ses enjeux).

Cette offre est accrue par celle du réseau des médiathèques de Perpignan Méditerranée Métropole, auquel la médiathèque de Saint-Nazaire est intégrée. Les abonnés peuvent ainsi souscrire un abonnement élargi leur permettant d’accéder à des ressources numériques accessibles à distance, et d’emprunter les documents de plusieurs bibliothèques du réseau.

Le soutien de l’État

L’État a accompagné la création de cette nouvelle médiathèque à hauteur de 493 162,74 € soit à plus d’un tiers de son coût global.