27 septembre au 1er mars

Le Musée-Promenade de Marly Le Roy - Louveciennes présente l'exposition "Allons Enfants ! Publicité et propagande 1914-1918" du 27 septembre au 1er mars. Cette exposition temporaire propose d'aborder la Grande Guerre par le prisme des supports publicitaires : affiches, encarts presse, catalogues de vente et cartes postales de propagande. Ce point de vue révèle la manipulation dont les populations ont fait l’objet de la part des marques comme des gouvernements. Images réalistes du poilu, caricatures, allégories nationales, figures héroïques... tous les ressorts publicitaires sont utilisés pour associer les soldats mobilisés et la société civile afin de toucher le public et le convaincre d’acheter, de consommer, de se rationner et de soutenir l’effort de guerre.

Les supports de communication

L’image publicitaire a été présente dans la presse par le biais des annonces et des caricatures. Toutefois, la presse restait l’apanage d’une élite. L’affiche, quant à elle, permit de toucher rapidement et massivement les consommateurs des villes et des campagnes. Depuis la fin du 19e siècle, la publicité par l’affiche a connu un essor spectaculaire grâce au perfectionnement de la technique lithographique permettant les tirages en grand nombre et en couleur.

Publicité et propagande. Dans toute l’Europe, les publicitaires ont utilisé la ferveur patriotique pour communiquer et, dès le début du conflit, se sont appropriés la guerre et ses images pour orienter les comportements et les achats des civils. Le poilu a été mis en scène pour conquérir de nouveaux marchés. Lorsque la guerre s’est installée et que la question de son financement s'est posée, les gouvernements se sont inspirés de la réclame pour mettre en place la propagande et recourir à une image forte, colorée pour attirer le regard et un texte ultra-court, le slogan, pour persuader. L’affiche politique illustrée était née.

Anonyme, affiche "Cycles Horer" © Historial de la Grande Guerre – Péronne (Somme) / Yazid Medmoum

Patriotisme et cohésion nationale.

Par ces supports, les gouvernements ont recruté des troupes et levés des emprunts. La mise en scène de l’ennemi ou de ses symboles et le recours aux allégories nationales fédérèrent la population.

L’image du poilu versant son sang pour la patrie appela alors au sacrifice du "bas de laine" des civils. A chacun son devoir. La nation fut solidaire dans l’effort de guerre.

Culpabilisation, compassion, sacrifice, justice, espoir et liberté ont servi à convaincre l’arrière. La réclame s’empara à son tour de ces figures héroïques.

Georges Redon, Pour que vos enfants ne connaissent plus les horreurs de la guerre, souscrivez à l’emprunt national, 1917 © Bibliothèque Forney / Roger-Viollet

Mobilisation des artistes. Les artistes s’engagèrent aussi dans la guerre. Steinlen, Poulbot, Faivre ont mis en scène les populations de l’arrière ou les poilus pour remplir les objectifs de leurs commanditaires. Charlie Chaplin réalisa un court-métrage, "The Bond", pour soutenir l’effort de guerre, présenté dans l’exposition, tout comme le film "Charlot Soldat - Shoulder Arms" -, qui a servi à divertir de nombreux soldats blessés.

Informations pratiques

Musée-Promenade Marly-le-Roi / Louveciennes, La Grille Royale - Parc de Marly 78430 Louveciennes.

Le musée est ouvert au public du mercredi au dimanche de 14h00 à 18h30 (avril à septembre) et de 14h00 à 17h30 (octobre à mars). Fermé les lundis, mardis et jours fériés. Gratuit pour les - 16 ans