L'un des chefs d’œuvre du musée du Louvre, "Bethsabée sortant du bain" de Rembrandt (1654), vient d'être restauré par le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), sous le contrôle d’une commission internationale d'experts. Selon les chercheurs, il a retrouvé « une cohérence globale ».

Une restauration exemplaire

Huit mois après le début de sa restauration par le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), le célèbre tableau de Rembrandt, « Bethsabée sortant du bain », a retrouvé le 3 septembre les cimaises du musée du Louvre.

« Bethsabée sortant du bain tenant la lettre de David », huile sur toile, 142 x 142, musée du Louvre

Une étude matérielle approfondie

Entré dans les collections du Louvre en 1869 lors du legs La Caze, ce grand nu biblique était jusque-là peu documenté. Les études préalables en laboratoire ont permis de réaliser une étude matérielle approfondie de la toile, qui présentait, selon l'équipe de restauration, « un bon état général ».

Une radiographie de « Bethsabée sortant du bain »

Améliorer l'aspect général de l’œuvre

Le premier objectif de la restauration a été essentiellement esthétique : améliorer l’aspect général de l’œuvre, en intervenant principalement sur le vernis oxydé, qui assombrissait considérablement l’ensemble et gênait sa lisibilité. Après le travail de la restauratrice Régina Moreira, le tableau a retrouvé une cohérence globale.

Bethsabée (détail)

Une plus grande visibilité

En amincissant le vernis, le travail de restauration a également permis au tableau de gagner en profondeur (notamment dans le fond de la pièce) et en contrastes (opposition des couleurs sombres et claires). On notera en particulier, l’amélioration de la perception des plans de la pièce dans laquelle se trouve Bethsabée, qui permet dorénavant au spectateur de pénétrer dans un espace, ce qui n’était pas le cas précédemment.

Bethsabée sortant du bain (détail)

Documenter le format du tableau

Deuxième objectif de la restauration : documenter le format de l’œuvre. Si les études préalables ont confirmé que l’actuel format carré n’était pas celui d’origine, « Bethsabée sortant du bain » nous est parvenue dans un format largement conforme aux idées de son créateur. « Cette découverte met à mal les hypothèses antérieures selon lesquelles le tableau était primitivement beaucoup plus grand », explique Blaise Ducos, dans « Grande Galerie ».

La restauration du support a été réalisée par Jean-Pascal Viala. Ici, photo infrarouge

La question du fameux déséquilibre

Le travail de restauration nous a aussi appris qu'un réentoilage a fait apparaître un léger déséquilibre dans la composition. Partant de ce constat, le restaurateur a proposé une nouvelle inclinaison de l’œuvre avec un pivotement du tableau vers la gauche afin de rectifier les horizontales et la position de Bethsabée. Ainsi, la figure principale semble moins déséquilibrée : son corps a un meilleur aplomb et sa posture semble plus naturelle.

La « Bethsabée » après restauration