Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a assuré le 16 février devant le Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel, "vouloir approfondir les partenariats et la concertation avec les collectivités territoriales pour que la culture et les arts soient accessibles à tous et en tous lieux du territoire". Retour sur ses deux premiers déplacements en région, à Amiens et Clermont-Ferrand.

Amiens : les 50 ans de la Maison de la Culture

Lancées pendant le ministère Malraux, les Maisons de la Culture demeurent dans l'esprit des Français comme le symbole – un symbole éclatant – d’une politique volontariste et visionnaire pour mettre la culture contemporaine à la portée de tous. Toutes portaient, dès leur création, la conviction que la culture pouvait contribuer à changer le monde mais qu’elle devait le faire au moyen d’outils adaptés, a souligné Audrey Azoulay le 27 février, lors de son premier déplacement en région pour les 50 ans de la Maison de la Culture d’Amiens. L’un de ces moyens a été une collaboration constante entre l’État et les collectivités territoriales. Aujourd’hui, assure la ministre, cette collaboration est encore plus vivace : C’est la force de notre modèle, ne le laissons pas s’abîmer, a souligné la ministre, ajoutant que depuis 50 ans, rien n’aurait été possible sans un patient partenariat entre l’État, les collectivités territoriales – ici, la Métropole d’Amiens est le premier partenaire public – et l’ensemble du monde professionnel. Demain, la Maison de la Culture d’Amiens va poursuivre son développement en ouvrant de nouvelles pistes : lle est en train de se transformer en centre européen de création et de production (…) et collabore avec le festival des Jardins filtrants de Téhéran. Elle veut aussi dépasser ses murs pour investir l’espace public et participer aux débats de société, au plus près des habitantse, s’est félicitée Audrey Azoulay.

Clermont-Ferrand : une véritable effervescence culturelle

Équipements innovants, nouveau type de collaboration entre musées, projet de construction de la scène nationale… A Clermont-Ferrand, la municipalité a fait, depuis de nombreuses années, le pari de la vitalité culturelle. Que l’on songe seulement au festival international du court-métrage (le plus important rendez-vous mondial du film court) ou au modèle économique original de la librairie Les Volcans. Pour son avenir aussi, la ville mise sur le développement culturel. Clermont-Ferrand nous prépare une véritable effervescence culturelle pour les années à venir, dans la perspective d’être capitale européenne de la culture en 2028, a observé Audrey Azoulay le 3 mars lors de son déplacement dans la cité auvergnate. Parmi les projets présentés par Olivier Bianchi, le maire de la ville, on retiendra, avec la ministre, deux projets structurants et innovants : la bibliothèque communautaire et le centre d’initiation artistique pour les enfants de 0 à 6 ans. C’est un autre projet original que la ministre a inauguré : l’exposition Autoportraits. Chefs-d’œuvre de la collection du musée d’Orsay au musée d’art Roger Quilliot. Cette manifestation marque un nouveau type de collaboration entre deux musées labellisés Musées de France, s’est réjouie la ministre, qui voit dans cette action une possibilité nouvelle d’accès aux œuvres d’art. Le musée d’Orsay a entamé l’an dernier une nouvelle forme de collaboration avec les musées de région en mettant leur expertise en commun, croisant les regards et les expériences pour des expositions réalisées spécialement pour eux à partir des collections d’Orsay.